Joachim Du Bellay

 

La Deffence, et Illustration de la Langue Francoyse

 

 

Quelz genres de Poëmes, doit elire le Poëte Francoys.

 

LY, donques, & rely premierement (˛ Poëte futur) fueillete de Main nocturne, & journelle, les Exemplaires Grecz et Latins: puis me laisse toutes ces vieilles Poësies Francoyses aux Jeuz [28r] Floraux de Thoulouze, & au puy de Rouan: comme Rondeaux, Ballades, Vyrelaiz, Chantz Royaulx, Chansons, & autres telles episseries, qui corrumpent le goust de nostre Langue: & ne servent si non à porter temoingnaige de notre ignorance. Jéte toy à ces plaisans Epigrammes, non point comme font au jourd'huy un tas de faiseurs de comtes nouveaux, qui en un dizain sont contens n'avoir rien dict qui vaille au ix. premiers vers, pourveu qu'au dixiesme il y ait le petit mot pour rire, mais à l'immitation d'un Martial, ou de quelque autre bien approuvé, si la lascivité ne te plaist, mesle le profitable avecques le doulz. Distile avecques un style coulant, & non scabreux ces pitoyables Elegies, à l'exemple d'un Ovide, d'un Tibule, & d'un Properce: y entremeslant quelquesfois de ces Fables anciennes, non petit ornement de Poësie. Chante moy ces Odes, incongnues encor' de la Muse Francoyse, d'un Luc bien accordé au son de la Lyre Greque, & Romaine: & qu'il n'y ait vers, ou n'aparoisse quelque vestige de rare, & antique erudition. Et quand à ce, te fourniront de matiere les louanges des Dieux, & des Hommes vertueux, le discours fatal des choses mondaines, la solicitude des jeunes hommes, comme l'amour, les vins libres, & toute bonne chere. Sur toutes choses, prens garde que ce genre de Poëme soit eloingné du vulgaire, en[28v]richy, & illustré de motz propres, & Epithetes non oysifz, orné de graves sentences, & varié de toutes manieres de couleurs, & ornementz Poëtiques: non comme un Laissez la verde couleur, Amour avecques Psyches, O combien est heureuse: & autres telz Ouvraiges, mieux dignes d'estre nommez Chansons vulgaires, qu'Odes, ou vers Lyriques. Quand aux Epistres, ce n'est un Poëme, qui puisse grandement enrichir nostre vulgaire: pource qu'elles sont voluntiers de choses familieres, & domestiques, si tu ne les voulois faire à l'immitation d'Elegies, comme Ovide: ou sentencieuses & graves, comme Horace. Autant te dy-je des Satyres, que les Francois, je ne scay comment ont apellées Coqz à l'Asne: es quelz je te conseille aussi peu t'exercer, comme je te veux estre aliene de mal dire, si tu ne voulois à l'exemple des Anciens en vers Heroiques (c'est à dire de x à xi) & non seulement de viii à ix, soubz le nom de Satyre, & non de cete inepte appellation de Coq, à l'Asne, taxer modestement les vices de ton Tens, & pardonner aux noms des personnes vicieuses. Tu has pour cecy Horace, qui selon Quintilian, tient le premier lieu entre les Satyriques. Sonne moy ces beaux Sonnetz, non moins docte, que plaisante Invention Italienne, conforme de Nom a l'Ode, & differente d'elle seulement, pource, que le Sonnet à certains Vers reiglez [29r] & limitez: & l'Ode peut courir par toutes manieres de Vers librement, voyre en inventer à plaisir à l'exemple d'Horace, qui à chanté en xix. sortes de Vers comme disent les Grammariens. Pour le Sonnet donques tu as Petrarque, & quelques modernes Italiens. Chante moy d'une Musette bien resonnante, & d'une Fluste bien jointe ces plaisantes Ecclogues Rustiques à l'exemple de Thëocrit, & de Virgile: Marines à l'exemple de Sennazar Gentilhomme Nëapolitain. Que pleust aux Muses, qu'en toutes les Especes de Poësie, que j'ay nommées nous eussions beaucoup de telles immitations, qu'est cete Ecclogue sur la naissance du filz de Monseigneur le Dauphin, à mon gré un des meilleurs petiz Ouvraiges, que fist onques Marot. Adopte moy aussi en la famille Françoyse ces coulans, & mignars Hendecasyllabes à l'exemple d'un Catulle, d'un Pontan, & d'un Second: ce, que tu pouras faire, si non en quantité, pour le moins en nombre de Syllabes. Quand aux Comedies, & Tragedies, si les Roys, & les Republiques les vouloint restituer en leur ancienne dignité, qu'ont usurpée les Farces, & Moralitez, je seroy' bien d'opinion, que tu t'y employasses, & si tu le veux faire pour l'ornement de ta Langue, tu scais ou tu en doibs trouver les Archetypes.

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

La Deffence, et Illustration de la Langue francoyse. Par I.D.B.A
Imprimé à Paris pour Arnoul L'Angelier. 1549.

Unpaginiert; [S. 27v-29r]
(= Buch 2, Kap. 4).

Benutzt:
Online-Ausgabe: Exemplar BnF RES- X- 1888
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1050733

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).
Die Unterscheidung:  i von j  u.  u von v  wurde eingeführt.

 

 

Kommentierte und kritische Ausgaben

 

Übersetzung ins Deutsche

 

 

Literatur

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart u.a. 2011, S. 1-14.

Buck, August u.a. (Hrsg.): Dichtungslehren der Romania aus der Zeit der Renaissance und des Barock. Frankfurt a.M. 1972 (= Dokumente zur europäischen Poetik, 3).

Buron, Emmanuel / Cernogora, Nadia: Du Bellay La deffence et illustration de la langue françoyse, L'Olive. Neuilly 2007 (= Collection "Clefs concours. Lettres XVIe siècle").

Castor, Grahame: La poétique de la Pléiade. Étude sur la pensée et la terminologie du XVIe siècle. Traduit de l'anglais par Yvonne Bellenger. Paris 1998 (= Bibliothèque littéraire de la Renaissance; série 3, 38).

Catach, Nina: L'orthographe française à l'époque de la Renaissance. Genève 1968.

Galand-Hallyn, Perrine u.a. (Hrsg.): Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur héritage en France au XVIe siècle. Genf 2001 (= Travaux d'Humanisme et Renaissance, 348).

Goyet, Francis (Hrsg.): Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance. Sébillet, Aneau, Peletier, Fouquelin, Ronsard. Paris 1990 (= Le livre de poche, 6720).

Greene, Roland: The lyric. In: The Cambridge History of Literary Criticism. Bd. 3: The Renaissance. Hrsg. von Glyn P. Norton. Cambridge u.a. 1999, S. 216-228.

Guerrero, Gustavo: Poétique et poésie lyrique. Essai sur la formation d'un genre. Paris 2000 (= Poétique).

Huss, Bernhard / Mehltretter, Florian / Regn, Gerhard: Lyriktheorie(n) der italienischen Renaissance. Berlin 2012 (= Pluralisierung & Autorität, 30).

Jourde, Michel u.a. (Hrsg.): Le lexique métalittéraire français (XVIe-XVIIe siècles). Genève 2006 (= Cahiers d'humanisme et Renaissance, 77.

Kallendorf, Craig / Robling, Franz-Hubert: Art. Ars poetica. In: Historisches Wörterbuch der Rhetorik. Bd. 1. Tübingen 1992, Sp. 1048-1068.

Keller, Marcus: Figurations of France. Literary Nation-Building in Times of Crisis (1550-1650). Newark 2011.

Kinney, Arthur F.: The Position of Poetry: Making and Defending Renaissance Poetics. In: A New Companion to English Renaissance Literature and Culture. Hrsg. von Michael Hattaway. Bd. 2. Malden, Mass. u.a. 2010, S. 15-27.

Krummacher, Hans-Henrik: Principes Lyricorum. Pindar- und Horazkommentare seit dem Humanismus als Quellen der neuzeitlichen Lyriktheorie. In: Ders., Lyra. Studien zur Theorie und Geschichte der Lyrik vom 16. bis zum 19. Jahrhundert. Berlin u.a. 2013, S. 3-76.

Legrand, Marie-Dominique u.a. (Hrsg): Vocabulaire et création poétique dans les jeunes années de la Pléiade, 1547-1555. Paris 2013 (= Colloques, congrès et conférences sur le XVIe siècle, 1).

Mathieu-Castellani, G.: Les modes du discours lyrique au XVIe siècle. In: La Notion de genre à la Renaissance. Hrsg. von G. Demerson. Genève 1984, S. 129-148.

Monferran, Jean-Charles: A propos de la constitution du genre de l'Ode. Les définitions de l'ode française avant Ronsard. In: Renaissance de l'Ode. L'Ode française au tournant des années 1550. Hrsg. von Nathalie Dauvois. Paris 2007 (= Colloques, Congrès et Conférences sur la Renaissance Européenne, 57), S.  19-52.

Monferran, Jean-Charles: L'école des Muses. Les arts poétiques français à la Renaissance (1548-1610). Sébillet, Du Bellay, Peletier et les autres. Genève 2011 (= Les seuils de la modernité, 12).

Monferran, Jean-Charles (Hrsg): La Muse et le Compas: poétiques à l'aube de l'âge moderne. Anthologie. Paris 2015.

Naïs, Hélène: La notion de genre en poésie au XVIe siècle: étude lexicologique et sémantique. In: La Notion de genre à la Renaissance. Hrsg. von G. Demerson. Genève 1984, S. 103-127.

Norton, Glyn P. (Hrsg.): The Cambridge History of Literary Criticism. Volume 3: The Renaissance. Cambridge 1999.

Plett, Heinrich F.: Gattungspoetik in der Renaissance. In: Renaissance-Poetik = Renaissance poetics. Hrsg. von Heinrich F. Plett. Berlin u.a. 1994, S. 147-176.

Plett, Heinrich F.: Rhetoric and Renaissance Culture. Berlin 2004.
S. 152-177: Dispositio Poetica. The Rhetorical Conceptualization of Poetic Genres.

Roeder, Julia: Poetologie und Nation. Die politische Reflexion Joachim Du Bellays in der "Deffence et Illustration de la Langue Françoyse". Münster 2013.

Roger-Vasselin, Bruno (Hrsg.): Du Bellay, une révolution poétique? La Deffence, et Illustration de la Langue Françoyse & L'Olive (1549-1550). Paris 2007.

Rouget, François: L'apothéose d'Orphée. L'esthétique de l'ode en France au XVIe siècle de Sébillet à Scaliger (1548 – 1561). Genf 1994 (= Travaux d'humanisme et renaissance, 287).

Spies, Marijke: Rhetoric, Rhetoricians, and Poets. Studies in Renaissance Poetry and Poetics. Amsterdam 1999.

Till, Dietmar u.a.: Art. Poetik. In: Historisches Wörterbuch der Rhetorik. Bd. 6. Tübingen 2003, Sp. 1304-1393.

Vignes, Jean (Hrsg.): La deffence & L'olive. Lectures croisées. Paris 2008.

Zymner, Rüdiger (Hrsg.): Handbuch Gattungstheorie. Stuttgart u.a. 2010.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer