Nicolas Boileau

 

 

                            L'ART POËTIQUE

                                      EN VERS

 

                            CHANT SECOND.

 

5   TELLE qu'une Bergere, au plus beau jour de Feste ,
De superbes rubis ne charge point sa teste ,
Et sans mesler à l'or l'esclat des diamans ,
Cueille en un champ voisin ses plus beaux ornemens.
Telle , aimable en son air , mais humble dans son stile ,
10   Doit eclater sans pompe une elegante Idylle :
Son tour simple et naïf n'a rien de fastueux ,
Et n'aime point l'orgueil d'un vers presomptueux.
Il faut que sa douceur flate , chatoüille , eveille ,
Et jamais de grands mots n'epouvante l'oreille.
15   Mais souvent dans ce stile un Rimeur aux abois
Jette là de depit la Fluste et le Haubois ,
Et follement pompeux , dans sa verve indiscrete ,
Au milieu d'une Eglogue entonne la trompete :
De peur de l'ecouter , Pan fuit dans les roseaux ,
20   Et les Nymphes d'effroi se cachent sous les eaux.
    Au contraire , cet Autre abject en son langage
Fait parler ses Bergers , comme on parle au village.
Ses vers plats et grossiers depoüillés d'agrément ,
Toûjours baisent la Terre , et rampent tristement.
25   On diroit que Ronsard sur ses pipeaux rustiques
Vient encor fredonner ses Idylles Gothiques ,
[113] Et changer, sans respect de l'oreille et du son ,
Lycidas en Pierot , et Phylis en Thoinon.
    Entre ces deux excez la route est difficile.
30   Suivés , pour la trouver , Theocrite et Virgile.
Que leurs tendres escrits par les Graces dictez ,
Ne quittent point vos mains , jour et nuit feuïlletez.
Seuls dans leurs doctes vers ils pourront vous apprendre ,
Par quel art sans bassesse un Autheur peut descendre,
35   Chanter Flore , les champs , Pomone , les vergers ,
Au combat de la fluste animer deux Bergers ,
Des plaisirs de l'Amour vanter la douce amorce ,
Changer Narcisse en fleur , couvrir Daphné d'écorce ,
Et par quel art encor l'Eglogue quelquefois
40   Rend dignes d'un Consul la campagne et les bois. *
Telle est de ce poëme et la force et la grace.
    D'un ton un peu plus haut , mais pourtant sans audace ,
La plaintive Elegie en longs habits de deuïl
Sçait les cheveux épars gemir sur un cercueïl.
45   Elle peint des Amans la joie , et la tristesse ,
Flate , menace , irrite , appaise une Maîtresse :
Mais , pour bien exprimer ces caprices heureux ,
C'est peu d'estre Poëte , il faut estre amoureux.
    Je hais ces vains Auteurs , dont la Muse forcée
50   M'entretient de ses feux toûjours froide et glacée ,
Qui s'affligent par art , et fous de sens rassis,
S'erigent pour rimer en amoureux transis.
Leurs transports les plus doux ne sont que phrases vaines.
Ils ne sçavent jamais que se charger de chaînes ,
55   Que benir leur martyre , adorer leur prison ,
Et faire quereller le sens et la raison.
[114] Ce n'estoit pas jadis , sur ce ton ridicule
Qu'Amour dictoit les vers que soûpiroit Tibulle :
Ou que du tendre Ovide animant les doux sons ,
60   Il donnoit de son Art les charmantes leçons.
Il faut que le cœur seul parle dans l' Elegie.
    L'Ode avec plus d'éclat et non moins d'energie
Eslevant jusqu'au Ciel son vol ambitieux ,
Entretient dans ses vers commerce avec les Dieux.
65   Aux Athletes dans Pise , elle ouvre la barriere ,
Chante un Vainqueur poudreux au bout de la carriere ,
Mene Achille sanglant aux bords du Simoïs ,
Ou fait fléchir l'Escaut sous le joug de Louïs.
Tantost comme une Abeille ardente à son ouvrage ,
70   Elle s'en va de fleurs dépouïller le rivage :
Elle peint les festins , les danses , et les ris ,
Vante un baiser cueilli sur les levres d'Iris
Qui mollement resiste , et par un doux caprice ,
Quelquefois le refuse , afin qu'on le ravisse
. *
75   Son stile impetueux souvent marche au hazard.
Chez elle un beau desordre est un effect de l'art.
    Loin ces Rimeurs craintifs , dont l'esprit phlegmatique
Garde dans ses fureurs un ordre didactique :
Qui chantant d'un Heros les progrez éclatans ,
80   Maigres Historiens , suivront l'ordre des temps.
Ils n'osent un moment perdre un sujet de veuë :
Pour prendre Dole , il faut que Lisle soit renduë ,
Et que leur vers exact , ainsi que Mezeray ,
Ait fait déja fait tomber les rempars de Courtrai.
85   Apollon de son feu leur fut toûjours avare.
    On dit à ce propos , qu'un jour ce Dieu bizarre
[115] Voulant pousser à bout tous les Rimeurs François ,
Inventa du Sonnet les rigoureuses lois :
Voulut qu'en deux Quatrains de mesure pareille
90   La Rime avec deux sons frappast huit fois l'oreille ,
Et qu'ensuite , six vers artistement rangez
Fussent en deux Tercets par le sens partagez.
Sur tout de ce Poëme il bannit la licence :
Lui-mesme en mesura le nombre et la cadence :
95   Deffendit qu'un vers foible y pûst jamais entrer ,
Ni qu'un mot déja mis osast s'y remontrer.
Du reste il l'enrichit d'une beauté suprême.
Un Sonnet sans defaut vaut seul un long Poëme :
Mais en vain mille Auteurs y pensent arriver ,
100   Et cet heureux Phenix est encor à trouver.
A peine dans Gombaut , Maynard , et Malleville
En peut-on supporter deux ou trois entre mille :
Le reste aussi peu lû que ceux de Pelletier ,
N'a fait de chez Sercy qu'un saut chez l'Epicier.
105   Pour enfermer son sens dans la borne prescrite
La mesure est toûjours trop longue ou trop petite.
    L'Epigramme plus libre , en son tour plus borné ,
N'est souvent, qu'un bon mot de deux rimes orné.
Jadis de nos Auteurs les Pointes ignorées
110   Furent de l'Italie en nos vers attirées.
Le Vulgaire éblouï de leur faux agrément ,
A ce nouvel appas courut avidement.
La faveur du Public excitant leur audace ,
Leur nombre impetueux inonda le Parnasse.
115   Le Madrigal d'abord en fut enveloppé.
Le Sonnet orgueilleux lui-mesme en fut frappé.
[116] La Tragedie en fit ses plus cheres delices :
L'Elegie en orna ses douloureux caprices :
Un Heros sur la Scene eut soin de s'en parer ,
120   Et sans Pointe un Amant n'osa plus soûpirer :
On vid tous les Bergers , dans leurs plaintes nouvelles ,
Fideles à la Pointe encor plus qu'à leurs Belles.
Chaque mot eut toûjours deux visages divers.
La prose la receut aussi bien que les vers.
125   L'Avocat au Palais en herissa son stile ,
Et le Docteur en Chaire en sema l'Evangile.
    La Raison outragée enfin ouvrit les yeux.
La chassa pour jamais des discours serieux ,
Et dans tous ces écrits la declarant infame ,
130   Par grace lui laissa l'entrée en l'Epigramme :
Pourveu que sa finesse éclatant à propos
Roulast sur la pensée , et non pas sur les mots.
Ainsi de toutes parts les desordres cesserent.
Toutefois à la Cour les Turlupins resterent ,
135   Insipides Plaisans , Bouffons infortunez ,
D'un jeu de mots grossier partisans surannez.
    Ce n'est pas quelquefois qu'une Muse un peu fine
Sur un mot en passant ne jouë et ne badine ,
Et d'un sens destourné n'abuse avec succés :
140   Mais fuiez sur ce point un ridicule excés ,
Et n'allez pas toûjours d'une pointe frivole
Aiguiser par la queuë une Epigramme folle.
    Tout Poëme est brillant de sa propre beauté.
Le Rondeau né Gaulois a la naïveté.
145   La Ballade asservie à ses vieilles maximes
Souvent doit tout son lustre au caprice des rimes.
    [117] Le Madrigal plus simple , et plus noble en son tour ,
Respire la douceur , la tendresse , et l'amour.
    L'ardeur de se montrer , et non pas de médire ,
150   Arma la Verité du vers de la Satire.
Lucile le premier osa la faire voir :
Aux vices des Romains presenta le miroir :
Vengea l'humble Vertu , de la Richesse altiere ,
Et l'honneste Homme à pié , du Faquin en litiere.
155       Horace à cette aigreur mesla son enjoûment.
On ne fut plus ni fat ni sot impunement :
Et , malheur à tout nom , qui propre à la censure ,
Pût entrer dans un vers , sans rompre la mesure.
    Perse en ses vers obscurs , mais serrez et pressans ,
160   Affecta d'enfermer moins de mots que de sens.
    Juvenal eslevé dans les cris de l'Ecole
Poussa jusqu'à l'excés sa mordante hyperbole.
Ses ouvrages tout pleins d'affreuses veritez
Estincellent pourtant de sublimes beautez :
165   Soit que sur un écrit arrivé de Caprée
Il brise de Sejan la statuë adorée ,
Soit qu'il fasse au Conseil courir les Senateurs ,
D'un Tyran soupçonneux , pasles adulateurs :
Ou que , poussant à bout la luxure latine ,
170   Aux portefaix de Rome il vende Messaline.
Ses écrits pleins de feu par tout brillent aux yeux.
    De ces Maistres sçavans Disciple ingenieux
Regnier seul parmi nous formé sur leur modeles ,
Dans son vieux stile , encore a des graces nouvelles.
175   Heureux ! si ses Discours craints du chaste Lecteur ,
Ne se sentoient des lieux où frequentoit l'Auteur ,
Et si du son hardi de ses rimes Cyniques ,
[118] Il n'allarmoit souvent les oreilles pudiques.
    Le Latin dans les mots brave l'honnesteté :
180   Mais le lecteur François veut estre respecté :
Du moindre sens impur la liberté l'outrage ,
Si la pudeur des mots n'en adoucit l'image.
Je veux dans la Satire un esprit de candeur ,
Et fuis un effronté qui presche la pudeur.
185       D'un trait de ce Poëme en bons mots si fertile ,
Le François né malin forma le Vaudeville ,
Agreable indiscret , qui conduit par le chant ,
Passe de bouche en bouche , et s'accroist en marchant.
La liberté Françoise en ses vers se déploie.
190   Cet Enfant de plaisir veut naistre dans la joie.
Toutesfois n'allés pas , Goguenard dangereux ,
Faire Dieu le sujet d'un badinage affreux :
A la fin tous ces jeux , que l'Atheisme esleve ,
Conduisent tristement le Plaisant à la Greve.
195   Il faut mesme en chansons du bon-sens et de l'art :
Mais pourtant on a veu le vin et le hazard
Inspirer quelquefois une Muse grossiere ,
Et fournir sans genie un couplet à L ***
Mais pour un vain bonheur qui vous a fait rimer ,
200   Gardés qu'un sot orgueil ne vous vienne enfumer.
Souvent , l'Auteur altier de quelque chansonnette
Au mesme instant prend droit de se croire Poëte :
Il ne dormira plus qu'il n'ait fait un Sonnet :
Il met tous les matins six Impromptus au net :
    Encore est-ce un miracle , en ses vagues furies ,
Si bientost imprimant ses sottes resveries ,
Il ne se fait graver au devant du Recueïl ,
Couronné de lauriers par la main de Nanteuïl.

 

 

 

[Die hier als Fußnoten wiedergegebenen Erläuterungen stehen im Original als Marginalien]

[V. 36] Virg. Eglo. 4. zurück

[V. 70] Horat. Ode 12. lib. 2. zurück

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

ŒUVRES | DIVERSES | Du Sieur D *** | AVEC | LE TRAITÉ | DU | SUBLIME | OU | DU MERVEILLEUX | DANS LE DISCOURS. | Traduit du Grec de Longin. | [Vignette] | A PARIS , | Chez DENYS THIERRY, ruë Saint Jacques , à | l'Einseigne de la Ville de Paris. | [Strich] | M. DC. LXXIV. – AVEC PRIVILEGE DU ROI.

Zwei Teile in einem Band. Unser Text: Teil I, S. 112-118. [PDF]

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).

 

Weitere Auflagen (1694 – 1701)

 

Kommentierte Ausgaben

 

Übersetzungen ins Deutsche

 

 

Literatur

Alexandre, Didier u.a. (Hrsg.): L'ode, en cas de toute liberté poétique. Actes du colloque organisé à l'Université de Toulouse-Le Mirail les 14-15-16 janvier 2004. Bern u.a. 2007 (= Littératures de langue française, 3).

Andersen, Zsuzsanna B.: The Concept of "Lyric disorder". In: Essays in Poetics. The Journal of the British Neo-Formalist School 13,2 (1988), S. 27-39.

Becq, Annie: Genèse de l'esthétique française moderne. De la Raison classique à l'imagination créatrice, 1680 – 1814. Paris 1994 (= Bibliothèque de "L'Évolution de l'Humanité", 9).

Beugnot, Bernard: Les muses classiques. Essai de bibliographie rhétorique et poétique (1610 – 1716). Paris 1996.



Oeuvres diverses du Sieur D***, avec le Traité du sublime ou du merveilleux dans le discours. Traduit du grec de Longin.
Zwei Teile in einem Band. Paris: Thierry 1674.
URL: http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10055367.html
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k103253g
URL: http://books.google.de/books/about/Oeuvres_diverses_du_sieur_D.html?id=_no_AAAAcAAJ&redir_esc=y
Teil I, S. 112-118: L'Art poétique. Chant second. [PDF]

Ode du Sieur D*** sur la prise de Namur.
Paris: Thierry 1693.
S. 3-6: Au lecteur. [PDF]

Oeuvres diverses du Sieur D***, avec le Traité du sublime, ou du merveilleux dans le discours, Traduit du grec de Longin.
Nouvelle Edition revueë & augmentée.
Zwei Teile in einem Band. Paris: Thierry 1694.
URL: https://books.google.fr/books?id=YG89AAAAcAAJ (Teil 1)
Teil I, S. 251-254: Discours sur l'ode. [PDF]
Teil II, S. 16-24: L'Art poétique. Chant second. [PDF]

Oeuvres diverses Du Sr Boileau Despreaux: avec le traité du sublime, ou du merveilleux dans le discours, Traduit du grec de Longin.
Nouvelle Edition revueë & augmentée.
Zwei Teile in einem Band. Paris: Thierry 1701.
URL: https://archive.org/details/oeuvresdiverses00longgoog
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10665828
Teil I, S. 232-240: L'Art poétique. Chant II. [PDF]
Teil I, S. 345-349: Discours sur l'ode. [PDF]

Magne, Émile: Bibliographie générale des oeuvres de Nicolas Boileau-Despréaux et de Gilles et Jacques Boileau. Suivi des Luttes de Boileau. Essai bibliographique et littéraire, documents inédits. 2 Bde. Paris: Giraud-Badin 1929.



Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart u.a. 2011, S. 1-14.

Brody, Jules: Boileau et la critique poétique. In: Critique et création littéraires en France au XVIIe siècle. Paris 1977 (= Colloques Internationaux du Centre National de la Recherche Scientifique, 557), S. 231-250.

Buck, August u.a. (Hrsg.): Dichtungslehren der Romania aus der Zeit der Renaissance und des Barock. Frankfurt a.M. 1972 (= Dokumente zur europäischen Poetik, 3).

Bury, Emmanuel: La Poésie selon Boileau: entre classicisme et néo-classicisme. In: Association Guillaume Budé (Hrsg.): Actes du XVe Congrès. La poétique, théorie et pratique. XVe Congrès international et quinquennal de l'Association Guillaume Budé, organisé à la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines d'Orléans-La Source du 25 août au 28 août 2003. Paris 2008, S. 823-836.

Corum, Robert: Boileau's Lyricism. In: Formes et formations au dix-septième siècle. Actes du 37e congrès annuel de la North American Society for Seventeenth-Century French Literature, University of South Carolina, Columbia, 14-16 avril 2005. Hrsg. von Buford Norman. Tübingen 2006, S. 201-207.

Eisenhauer, Robert: Ode Consciousness. New York u.a. 2009 (= Studies on Themes and Motifs in Literature, 100).

Génetiot, Alain: Boileau poète dans L'Art poétique. In: Papers on French Seventeenth Century Literature XXXI, 61 (2004), S. 347-366.

Génetiot, Alain: Le classicisme. Paris 2005 (= Quadrige).

Génetiot, Alain: Boileau et les institutions littéraires. In: Travaux de Littérature 19 (2006), S. 163-185.

Gleize, Jean-Marie (Hrsg.): La poésie. Textes critiques XIVe-XXe siècle. Paris 1995 (= Textes essentiels).

Goyet, Francis: Raison et sublime dans le premier livre de l'Art poétique de Boileau. In: La Littérature et le sublime. Hrsg. von Patrick Marot. Toulouse 2007, S. 137-160.

Grimm, Jürgen: Französische Klassik. Stuttgart u.a. 2005 (= Lehrbuch Romanistik).

Hempfer, Klaus W. / Kablitz, Andreas: Französische Lyrik im 18. Jahrhundert. In: Die französische Lyrik. Hrsg. von Dieter Janik. Darmstadt 1987 (= Grundriß der Literaturgeschichte nach Gattungen), S. 267-341.

Janik, Dieter: Geschichte der Ode und der "Stances" von Ronsard bis Boileau. Bad Homburg v.d.H. 1968 (= Ars poetica, 2).

Jarrety, Michel: La poétique. Paris 2003 (= Que sais-je?, 2311).

Jarrety, Michel (Hrsg.): La poésie française du Moyen Âge au XXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Quadrige").

Jourde, Michel u.a. (Hrsg.): Le lexique métalittéraire français (XVIe-XVIIe siècles). Genève 2006 (= Cahiers d'humanisme et Renaissance, 77.

Juillard, Catherine: Gottsched et Boileau. La convergence des esthétiques? In: Recherches sur le monde germanique. Regards, approches, objets. Hrsg. von M. Grimberg u.a. Paris 2003, S. 55-65.

Jung, Werner: Poetik. Eine Einführung. 2. Aufl. Duisburg 2014.

Kallendorf, Craig / Robling, Franz-Hubert: Art. Ars poetica. In: Historisches Wörterbuch der Rhetorik. Bd. 1. Tübingen 1992, Sp. 1048-1068.

Knabe, Peter-Eckhard: Schlüsselbegriffe des kunsttheoretischen Denkens in Frankreich von der Späklassik bis zum Ende der Aufklärung. Düsseldorf 1972.

Kohl, Katrin: Art. Ode. In: Handbuch der literarischen Gattungen. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart 2009, S. 549-558.

Krummacher, Hans-Henrik: Poetik und Enzyklopädie. Die Oden- und Lyriktheorie als Beispiel. In: Enzyklopädien der Frühen Neuzeit. Beiträge zu ihrer Erforschung. Hrsg. von Franz M. Eybl u.a. Tübingen 1995, S. 255-285.

Krummacher, Hans-Henrik: Principes Lyricorum. Pindar- und Horazkommentare seit dem Humanismus als Quellen der neuzeitlichen Lyriktheorie. In: Ders., Lyra. Studien zur Theorie und Geschichte der Lyrik vom 16. bis zum 19. Jahrhundert. Berlin u.a. 2013, S. 3-76.

Krummacher, Hans-Henrik: Odentheorie und Geschichte der Lyrik im 18. Jahrhundert. In: Ders., Lyra. Studien zur Theorie und Geschichte der Lyrik vom 16. bis zum 19. Jahrhundert. Berlin u.a. 2013, S. 77-123.

Maber, Richard: 'Le Véritable Champ du Sublime'? The Ode in France in the Seventeenth Century. In: The Seventeenth Century 15 (2000), S. 244-265.

Maulpoix, Jean-Michel: Du lyrisme. Paris 2000 (= Collection "En lisant en écrivant").   –   S. 151-188: L'ode, ou le lyrisme parfait.

Potts, D.C.: 'Une carrière épineuse'. Neoplatonism and the Poet's Vocation in Boileau's Art poétique. In: French Studies Bd. 47.1 (1993), S. 20-32.

Reguig, Delphine: Nicolas Boileau critique, un cas historiographique. In: Littératures classiques 86 (2015), S. 241-258.

Reguig, Delphine: Boileau poète. "De la voix et des yeux ...". Paris 2016

Sasaki, Ken-Ichi: Le Sens historique de Boileau: volonté de la métapoétique dans son Art poétique. In: Papers on French Seventeenth Century Literature 31 (2004), S. 447-460.

Till, Dietmar u.a.: Art. Poetik. In: Historisches Wörterbuch der Rhetorik. Bd. 6. Tübingen 2003, Sp.  1304-1393.

Wood, Allen G.: Boileau and the Persistence of Lyric. In: Papers on French Seventeenth Century Literature XIV, 27 (1987), S. 621-636.

Zaiser, Rainer (Hrsg.): Nicolas Boileau (1636 - 1711). Diversité et rayonnement de son oeuvre. Tübingen 2012 (= Oeuvres & critiques, 37.1).

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer