Maxime Du Camp

 

 

Les Chants modernes

 

Préface d'un volume de poésies.

[Auszug]

 

Il en est de même en littérature. On accumule images sur images, [324] hyperboles sur hyperboles, périphrases sur périphrases; on jongle avec les mots, on saute à travers des cercles de périodes, on danse sur la corde roide des alexandrins, on porte à bras tendus cent kilos d'épithètes, et l'on fait le saut périlleux par-dessus le dénoûment. De but, il n'y en a pas; de pensée, il n'y en a pas; de foi, de croyance, de mission, d'amour, il n'y en a pas. Le plus fort est celui qui a le plus de mots à son service; on polit les phrases, on fait battre des antithèses, on surveille les enjambements, on alimente le feu croisé des rimes; on parle pour ne rien dire. Où sont donc les écrivains? je ne vois que des virtuoses.

Si nous devons continuer encore longtemps ainsi, il vaut mieux nous taire, car nous ne servons à rien.

La littérature est-elle coupable de cette décadence qui l'entraîne vers une transformation prochaine? Sans hésiter nous répondrons: oui! Elle a manqué de courage, elle a été lâche, et au lieu de marcher en avant, comme un hardi pionnier qu'elle devrait être, elle est retournée en arrière. N'osant pas se frayer une route nouvelle et s'avancer résolûment vers l'avenir, elle a repris facilement la vieille voie tracée où elle flaire les pistes des anciens, semblable à un chien qui a perdu son maître. Au lieu de vêtir le costume moderne et de prendre la tunique blanche des lévites, elle s'est affublée de toges usées et de pourpoints troués au coude. C'est une mascarade puérile et qui ferait rire si elle n'était pas si triste.

Tout marche, tout grandit, tout s'augmente autour de nous cependant. La science fait des prodiges, l'industrie accomplit des miracles, et nous restons impassibles, insensibles, méprisables, grattant les cordes faussées de nos lyres, fermant les yeux pour ne pas voir, ou nous obstinant à regarder vers un passé que rien ne doit nous faire regretter. On découvre la vapeur, nous chantons Vénus, fille de l'onde amère; on découvre l'électricité, nous chantons Bacchus, ami de la grappe vermeille. C'est absurde!

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

Revue de Paris.
Bd. 24, 1855, 1. Februar, S. 321-347. [Gallica]

Unser Auszug: S. 323-324.

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).

 

 

Aufgenommen in

 

 

Literatur

Bessière, Jean u.a. (Hrsg.): Histoire des poétiques. Paris 1997.

Bivort, Olivier: L'Art poétique du XIXe siècle. In: Europe. Revue littéraire mensuelle, Nr. 936, April 2007, S. 109-119.

Bourdieu, Pierre: Die Regeln der Kunst. Genese und Struktur des literarischen Feldes. Frankfurt a.M. 1999.

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart u.a. 2011, S. 1-14.

Caraion, Marta: "Les philosophes de la vapeur et des allumettes chimiques". Projet pour une littérature positiviste au milieu du XIXe siècle. In: La Production de l'immatériel. Théories, représentations et pratiques de la culture au XIXe siècle. Hrsg. von Jean-Yves Mollier u.a. Saint-Étienne, 2008, S. 261-275.

Cassagne, Albert: La théorie de l'art pour l'art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes. Vorwort von Daniel Oster. Seyssel 1997 (= Collection "Dix-neuvième").   –   Zuerst 1906.

Court-Pérez, Françoise: Gautier, Du Camp et la locomotive. Contribution à l'analyse de la notion de progrès au XIXe siècle. In: Les Réécritures littéraires des discours scientifiques. Hrsg. von Chantal Foucrier. Paris 2006, S. 312-323.



Du Camp, Maxime: Les Chants modernes. Paris: M. Lévy frères. 1855.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k206387c
URL: https://archive.org/details/leschantsmoderne00duca
URL: http://catalog.hathitrust.org/Record/008888797

Du Camp, Maxime: Les Beaux-Arts à l'Exposition universelle de 1855. Peinture – sculpture. France – Angleterre – Belgique – Danemarck – Suède et Norwège – Suisse – Hollande – Allemagne – Italie. Paris: Librairie nouvelle 1855.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6528209v
URL: https://archive.org/details/lesbeauxartslex00campgoog

Du Camp, Maxime: [Rezension zu:] Histoires extraordinaires, par Edgar Poe; traduction de Charles Baudelaire; 1 vol. Paris. In: Revue de Paris. 1856, 1. April, S. 155-156. [Gallica]

Du Camp, Maxime: Le salon de 1857. Peinture – sculpture. Paris: Librairie nouvelle 1857.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k552044
URL: https://archive.org/details/lesalondepeintu00campgoog

Du Camp, Maxime: [Rezension zu:] Odelettes, par M. Théodore de Banville. 2e édit., précédées d'un examen des Odelettes par M. Charles Asselineau. Paris 1856. In: Revue de Paris. 1857, 1. April, S. 472-473. [Gallica]

Du Camp, Maxime: [Rezension zu:] Odes funambulesques. Paris 1857. In: Revue de Paris. 1857, 1. Mai, S. 137-139. [Gallica]

Du Camp, Maxime: Les Chants modernes. Nouvelle édition, revue et corrigée. Paris: A. Bourdilliat, 1860.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54265856
URL: https://archive.org/details/leschantsmodern00campgoog



Einfalt, Michael: Zur Autonomie der Poesie. Literarische Debatten und Dichterstrategien in der ersten Hälfte des Second Empire. Tübingen 1992 (= Mimesis, 12).

Genette, Gérard: Paratexte. Das Buch vom Beiwerk des Buches. Frankfurt a.M. 2001 (= suhrkamp taschenbuch wissenschaft, 1510)

Gleize, Jean-Marie (Hrsg.): La poésie. Textes critiques XIVe-XXe siècle. Paris 1995 (= Textes essentiels).

Heinich, Nathalie: L'élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Paris 2005 (= Bibliothèque des sciences humaines).

Jarrety, Michel (Hrsg.): La poésie française du Moyen Âge au XXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Quadrige").

Jarrety, Michel: Poétique et poésie. In: Association Guillaume Budé (Hrsg.): Actes du XVe Congrès. La poétique, théorie et pratique. XVe Congrès international et quinquennal de l'Association Guillaume Budé, organisé à la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines d'Orléans-La Source du 25 août au 28 août 2003. Paris 2008, S. 141-157.

Jauß, Hans R.: Kunst als Anti-Natur: Zur ästhetischen Wende nach 1789. In: Ders., Studien zum Epochenwandel der ästhetischen Moderne. Frankfurt a.M. 1989 (= suhrkamp taschenbuch wissenschaft, 864), S. 119-156.

Jauß, Hans R.: Ursprünge der Naturfeindschaft in der Ästhetik der Moderne. In: Romantik: Aufbruch zur Moderne. Hrsg. von Karl Maurer u.a. München 1991 (= Romanistisches Kolloquium, 5), S. 357-382.

Mortelette, Yann: Leconte de Lisle antimoderne. In: Studi francesi 57 (2013), S. 262-277.

Poyet, Thierry: Maxime Du Camp, l'autre romancier. Paris 2013.

Senneville, Gérard de: Maxime Du Camp. Un spectateur engagé du XIXe siècle. Paris 1996.

Tilcher, Thomas: Der orientalische Traum der Schriftstellergeneration von 1848. Maxime Du Camp, Literat und Vagabund. Winter 1985 (= Studia Romanica, 64).

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer