Arthur Rimbaud

 

 

Lettre à Georges Izambard

 

Text
Editionsbericht
Übersetzungen
Literatur

»   »   »
Texte zur Theorie und Rezeption des Symbolismus

 

Charleville, [13] mai 1871

 

      Cher Monsieur!

 

Vous revoilà professeur. On se doit à la Société, m'avez-vous dit; vous faites partie des corps enseignants: vous roulez dans la bonne ornière. – Moi aussi, je suis le principe: je me fais cyniquement entretenir; je déterre d'anciens imbéciles de collège: tout ce que je puis inventer de bête, de sale, de mauvais, en action et en paroles, je le leur livre: on me paie en bocks et en filles. – Stat mater dolorosa, dum pendet filius. – Je me dois à la Société, c'est juste, – et j'ai raison. – Vous aussi, vous avez raison, pour aujourd'hui. Au fond, vous ne voyez en votre principe que poésie subjective: votre obstination à regagner le ratelier universitaire, – pardon! – le prouve. Mais vous finirez toujours comme un satisfait qui n'a rien fait, n'ayant rien voulu faire. Sans compter que votre poésie subjective sera toujours horriblement fadasse. Un jour, j'espère, – bien d'autres espèrent la même chose, – je verrai dans votre principe la poésie objective, – je la verrai plus sincèrement que vous ne le feriez! – Je serai un travailleur: c'est l'idée qui me retient quand les colères folles me poussent vers la bataille de Paris où tant de travailleurs meurent pourtant encore tandis que je vous écris! Travailler maintenant, jamais jamais; je suis en grève.

[989] Maintenant, je m'encrapule le plus possible. Pourquoi? Je veux être poète, et je travaille à me rendre voyant: vous ne comprendrez pas du tout, et je ne saurais presque vous expliquer. Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète. Ce n'est pas du tout ma faute. C'est faux de dire: Je pense. On devrait dire: On me pense. – Pardon du jeu de mots.

Je est un autre. Tant pis pour le bois qui se trouve violon, et nargue aux inconscients qui ergotent sur ce qu'ils ignorent tout à fait!

Vous n'êtes pas enseignant pour moi. Je vous donne ceci: est-ce de la satire, comme vous diriez? Est-ce de la poésie? C'est de la fantaisie, toujours. – Mais, je vous en supplie, ne soulignez ni du crayon, ni trop de la pensée:

 

                              LE CŒUR SUPPLICIÉ

Mon triste cœur bave à la poupe...
Mon cœur est plein de caporal!
Ils y lancent des jets de soupe,
Mon triste cœur bave à la poupe...
Sous les quolibets de la troupe
Qui lance un rire général,
Mon triste cœur bave à la poupe,
Mon cœur est plein de caporal!

Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l'ont dépravé;
A la vesprée, ils font des fresques
Ithyphalliques et pioupiesques;
O flots abracadabrantesques,
[990] Prenez mon cœur, qu'il soit sauvé:
Ithyphalliques et pioupiesques
Leurs insultes l'ont dépravé!

Quand ils auront tari leurs chiques,
Comment agir, ô cœur volé?
Ce seront des refrains bachiques
Quand ils auront tari leurs chiques!
J'aurai des sursauts stomachiques
Si mon cœur triste est ravalé!
Quand ils auront tari leurs chiques,
Comment agir, ô cœur volé?

Ça ne veut pas rien dire. – RÉPONDEZ-MOI: chez M. Deverrière, pour A. R.

Bonjour de cœur,

                                                ARTH. RIMBAUD.

 

 

 

 

Druckvorlage

Georges Izambard: Arthur Rimbaud pendant la Commune. Une lettre inédite de lui – le voyant.
In: Revue européenne. 1928, Heft 10, Oktober, S. 985-1015. [PDF]

Hier der Brief (13. Mai 1871): S. 988-990.

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien);
Datum ergänzt nach Poststempel (Izambard, S. 987).

 

Faksimile der Handschrift

Les lettres manuscrites de Rimbaud. Bd. 1: Lettres d'Europe 1870 – 1879.
Hrsg. von Claude Jeancolas. Paris 1997, S. 36-38.

 

 

Kommentierte und kritische Ausgaben

 

 

 

Übersetzungen ins Deutsche

 

 

 

Literatur

Baronian, Jean-Baptiste (Hrsg.): Dictionnaire Rimbaud. Paris 2014.

Bivort, Olivier (Hrsg.): Rimbaud poéticien. Paris 2015 (= Études rimbaldiennes, 9).

Bobillot, Jean-Pierre: Rimbaud. Le meurtre d'Orphée. Crise de verbe & chimie des vers ou la Commune dans le poëme. Paris 2004 (= Romantisme et modernités, 76).

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. 2. Aufl. Stuttgart 2016, S. 2-15.

Brunel, Pierre: Du côté des voleurs de feu. In: Arthur Rimbaud à l'aube d'un nouveau siècle. Actes du colloque de Kyoto. Hrsg. von Hitoshi Usami. Paris 2006, S. 11-55.

Cigada, Sergio: Trouver une langue. Sur les caractères de la nouvelle langue prophétisée par Rimbaud. In: La Littérature symboliste et la Langue. Hrsg. von Olivier Bivort. Paris 2012 (= Rencontres, 38), S. 63-73.

Friedrich, Hugo: Die Struktur der modernen Lyrik. Von der Mitte des neunzehnten bis zur Mitte des zwanzigsten Jahrhunderts. Mit einem Nachwort von Jürgen von Stackelberg. Erw. Neuausgabe. Reinbek bei Hamburg 1992 (= rowohlts enzyklopädie, 420).
Vgl. S. 61-64.

Gibson, Robert (Hrsg.): Modern French Poets on Poetry. An Anthology. 2. Aufl. Cambridge u.a. 1979.

Gleize, Jean-Marie (Hrsg.): La poésie. Textes critiques XIVe-XXe siècle. Paris 1995 (= Textes essentiels).

Gsteiger, Manfred: Französische Symbolisten in der deutschen Literatur der Jahrhundertwende (1869 – 1914). Bern u.a. 1971.

Guyaux, André: Le texte de la lettre "du voyant". In: L'esthétique dans les correspondances d'écrivains et de musiciens (XIXe-XXe siècles). Actes du colloque de la Sorbonne des 29 et 30 mars 1996. Hrsg.: Centre de recherche Correspondances, mémoires et journaux intimes (XIXe-XXe siècles) de l'Université Paris-Sorbonne. Paris 2001 (= Collection "Colloques de la Sorbonne"), S. 57-76.

Höllerer, Walter (Hrsg.): Theorie der modernen Lyrik. Neu herausgegeben von Norbert Miller und Harald Hartung. 2 Bde. Darmstadt 2003.

Jackson, John E.: Entre le "Je" et l'autre: L'autobiographie poétique de Rimbaud. In: Rimbaud. Tradition et modernité. Hrsg. von Bertrand Marchal. Paris 2005, S. 35-67.

Kiesel, Helmuth: Geschichte der literarischen Moderne. Sprache · Ästhetik · Dichtung im zwanzigsten Jahrhundert. München 2004.
Vgl. S. 108-111.

Lefrère, Jean-Jacques (Hrsg.): Sur Arthur Rimbaud. Correspondance posthume (1891-1900). Paris 2010.

Lefrère, Jean-Jacques (Hrsg.): Sur Arthur Rimbaud. Correspondance posthume (1901-1911). Paris 2011.

Lefrère, Jean-Jacques (Hrsg.): Sur Arthur Rimbaud. Correspondance posthume (1912-1920). Paris 2014.

Mortelette, Yann: La lettre du 15 mai et les "seconds romantiques". In: Cahiers de littérature française, Oktober 2005, S. 19-32.

Müller, Wolfgang G.: Art. Brief. In: Handbuch der literarischen Gattungen. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart 2009, S. 75-83.

Murat, Michel: L'art de Rimbaud. 2. Aufl. Paris 2013 (= Collection "Les Essais").

Murphy, Steve: "Accroupissements" ou la physiologie d'un obscurantisme voyant. In: Rimbaud et les sauts d'harmonie inouïs. Actes du colloque international de Zurich – 24-26 février 2005. Hrsg. von Ruth Gantert u.a. Paris 2007, S. 225-276.

Murphy, Steve: Rimbaud et la Commune. Microlectures et perspectives. Paris 2009 (= Études rimbaldiennes, 4).

Noland, Carrie: Poetry at Stake. Lyric Aesthetics and the Challenge of Technology. Princeton 1999.

Rauthe, Daniela: "Ich ist ein Anderer." Die deutschsprachige Rezeption Arthur Rimbauds. Weimar 2002.

Ross, Kristin: The Emergence of Social Space: Rimbaud and the Paris Commune. London 2008.

Teuber, Bernhard: Poeta doctus an philologus? Gelehrsamkeit, Philologie und Antiphilologie bei Arthur Rimbaud. In: Poeta philologus. Eine Schwellenfigur im 19. Jahrhundert. Hrsg. von Mark-Georg Dehrmann u.a. Bern u.a. 2010 (= Publikationen zur Zeitschrift für Germanistik; N.F., 22), S. 257-280.

Westerwelle, Karin: Force und travail in den Lettres du voyant und in Une saison en enfer. In: Die Erfindung des Unbekannten. Wissen und Imagination bei Rimbaud / L'invention de l'inconnu. Hrsg. von Thorsten Greiner u.a. Würzburg 2007, S. 187-211.

Widden, Seth: Leaving Parnassus. The Lyric Subject in Verlaine and Rimbaud. Amsterdam u.a. 2007 (= Faux Titre, 296).
Vgl. S. 121-131.

Widden, Seth: Arthur Rimbaud. London 2018.

Zanucchi, Mario: Transfer und Modifikation. Die französischen Symbolisten in der deutschsprachigen Lyrik der Moderne (1890-1923). Berlin/Boston 2016 (= spectrum Literaturwissenschaft/spectrum Literature, 52).

Zymner, Rüdiger: Funktionen der Lyrik. Münster 2013.
Vgl. S. 138-149.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer