Théodore de Banville

 

 

Petit traité de poésie française

[Auszug]

 

[Le Lyrisme]

 

Il faut le dire clairement et résolûment, à part les strophes d'ode, et les poëmes à forme définitive que nous a légués la tradition, il n'a jamais existé ou il n'existe plus dans la poésie française rien de positif, et tout ce qu'on a pu dire ou écrire sur [102] la nécessité d'employer tel mètre ou tel rhythme dans la composition de tel ou tel poëme doit être considéré comme nul et non avenu. Le poëte, dans cette appropriation des mètres et des rhythmes au sujet qu'il traite, ne relève plus désormais que de son inspiration et de son génie. Révolution immense, incalculable, vertigineuse, et qui dans la langue française date, sans contestation possible, de l'avénement du prodigieux poëte Victor Hugo.

Avant lui, notre poésie, déchue de sa beauté première et dépouillée aussi de la beauté nouvelle que lui avaient donnée plus tard les grands hommes du siècle de Louis XIV, succombait sous l'excès du prosaïsme et de la platitude, et la dégénérescence de l'art en était arrivée à ce point que le Lyrisme manquait à tous les genres de notre pensée, même à l'Ode, qui est le Lyrisme par excellence, ou qui, pour mieux dire, n'est que Lyrisme.

QU'EST-CE QUE LE LYRISME?

C'est l'expression de ce qu'il y a en nous de surnaturel et de ce qui dépasse nos appétits matériels et terrestres, en un mot de ceux de nos sentiments et de celles de nos pensées qui ne peuvent être réellement exprimés que par le Chant, de telle sorte qu'un morceau de prose dans lequel ces sentiments ou ces pensées sont bien exprimés fait penser à un chant ou semble être la traduction d'un chant.

Aussi peut-on poser comme un axiome que l'athéisme, ou négation de notre essence divine, [103] amène nécessairement la suppression de tout Lyrisme dans ce qu'aux époques athées on nomme à tort: la poésie. C'est pourquoi cette prétendue poésie, comme l'a prouvé tout le XVIIIe siècle, est une chose morte, un cadavre.

La poésie ne se compose pas exclusivement de Lyrisme. Elle contient une partie consacrée aux choses matérielles et finies, qui est le Récitatif, et un partie consacrée à exprimer les aspirations de notre âme immatérielle, qui est le Chant. Mais, sans le Chant, sans le Lyrisme, elle n'est plus divine, et par conséquent n'est plus humaine, puisque l'homme est un être divin.

 

 

 

 

Druckvorlage

Théodore de Banville: Petit traité de poésie française. Paris: Bibliothèque de L'Écho de la Sorbonne 1872.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50423r

Unser Auszug: Kap. VI. De l'appropriation des mètres divers aux divers poëmes français (S. 99-117; hier: S. 101-103).

Erstdruck:
L'Écho de la Sorbonne: Jg. 2, 1870, Nr. 149, 15. September;
vgl. Peter J. Edwards / Peter S. Hambly: Bibliographie de l'oeuvre de Théodore de Banville. Genève 2009, Nr. 1129.

 

 

Literatur

Andrès, Philippe: Théodore de Banville. Un passeur dans le siècle. Paris 2009 (= Romantisme et modernités, 117).

Baehr, Rudolf: Vom Regelzwang zur Freiheit. Französische Dichter als Metriker im 19. und frühen 20. Jahrhundert. In: Konkurrierende Diskurse. Studien zur französischen Literatur des 19. Jahrhunderts. Hrsg. von Brunhilde Wehinger. Stuttgart 1997 (= Zeitschrift für französische Sprache und Literatur; Beihefte, N.F., 24), S. 141-153.



Banville, Théodore de: État de la Poésie en 1889. In: Revue de l'Exposition Universelle de 1889. Bd. 2, 1889, November, S. 313-317.
URL: http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/weltausstellung1889a

Banville, Théodore de: Critique littéraire, artistique et musicale. Hrsg. von Peter J. Edwards u. Peter S. Hambly. 2  Bde. Paris: H. Champion 2003.

Edwards, Peter J. / Hambly, Peter S.: Bibliographie de l'oeuvre de Théodore de Banville. Genève: Slatkine érudition 2009.



Benoit, Eric (Hrsg.): Transmission et transgression des formes poétiques régulières. Bordeaux 2014 (= Modernités, 37).

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart u.a. 2011, S. 1-14.

Edwards, Peter J.: "Etat de la poésie en 1889": un article oublié de Banville. In: Littératures 1993, Nr. 29, S. 175-184.

Edwards, Peter J.: Le Petit Traité de poésie française de Théodore de Banville. Bible parnassienne ou invitation à l'expérimentation libre? In: Romantisme 163 (2014), S. 91-100.

Evans, David: Théodore de Banville. Constructing Poetic Value in Nineteenth-Century France. Legenda 2014.

Gätjens, Sigrid: Stand und Aufgaben der Banville-Forschung. Ein Forschungsbericht. In: Romanistisches Jahrbuch 44 (1993), S. 194-214.

Gleize, Jean-Marie (Hrsg.): La poésie. Textes critiques XIVe-XXe siècle. Paris 1995 (= Textes essentiels).

Huet-Brichard, Marie-Catherine: L'ode et son chant du cygne: Théodore de Banville, Odelettes, Odes funambulesques. In: L'ode, en cas de toute liberté poétique. Actes du colloque organisé à l'Université de Toulouse-Le Mirail les 14-15-16 janvier 2004. Hrsg. von Didier Alexandre u.a. Bern u.a. 2007 (= Littératures de langue française, 3), S. 183-198.

Jarrety, Michel (Hrsg.): La poésie française du Moyen Âge au XXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Quadrige").

Murat, Michel (Hrsg.): Le Vers français. Histoire, théorie, esthétique. Paris 2000.

Watteyne, Nathalie (Hrsg.): Lyrisme et énonciation lyrique. Québec u.a. 2006.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer