Paul Bourde

 

 

Les poètes décadents

 

»   »   »
Texte zur Theorie und Rezeption des Symbolismus

 

Une seconde édition des Déliquescences, d'Adoré Floupette, poète décadent, a paru (1). Notre ami Claretie, à qui n'échappe aucun événement parisien, a le premier signalé cette précieuse parodie, plaisante revanche de la poésie bien portante contre la muse byzantine et névrosiaque, réponse du rire gaulois aux tristesses artificielles et aux perversités affectées. La mince plaquette nous revient grossie d'une préface qui en double le volume. Des passants pressés, se contentant de jeter un coup d'œil entre les feuilles non coupées, s'étaient laissé prendre à la moquerie. Ils n'avaient vu que déliquescences dans les Déliquescences, et, admettant avec bonne foi l'existence de Floupette, ils l'avaient signalé comme une nouvelle comète, élevant son dolent panache dans le ciel décadent. La préface préviendra désormais de pareilles naïvetés. Le parodiste, avec une verve bouffonne qui rappelle le Voltaire des facéties, y présente le petit monde qu'il a raillé. Muni de ce fil conducteur, nous voudrions tenter à notre tour une reconnaissance de ce groupe curieux qui incarne les tendances les plus excentriques de la poésie française en l'an de grâce 1885.

 


 

Tandis que le naturalisme essaye vainement de casser les ailes à la fantaisie et de mettre l'imagination sous clef, la fantaisie s'enfonce dans le pays des rêves d'un vol fou et l'imagination vagabonde dans les plus étranges sentiers. Jamais on n'aura mieux vu combien l'esprit humain est incompressible, et combien il est chimérique de prétendre l'enfermer dans les règles étroites d'un système qu'à notre époque, où à côté d'une brillante école de romanciers uniquement épris de réalités s'est formée une école de poètes réfugiés, comme le savant de Hawthorne en sa serre, dans un monde absolument artificiel. Point d'antithèse plus tranchée.

Bien qu'ils n'aient, comme jadis les parnassiens, ni éditeur commun (2) ni recueil à eux, où leur groupe apparaisse nettement délimité, ceux qui s'occupent de vers savent qui l'on désigne par ce nom ironique de décadents. Baudelaire est leur père direct, et toute l'école danse et voltige sur le rayon macabre qu'il a ajouté au ciel de l'art, suivant l'expression de Victor Hugo. M. Verlaine, qui a débuté dans le Parnasse sous l'influence de Leconte de Lisle, en est devenu l'une des deux colonnes avec ses derniers volumes: Sagesse, Romances sans paroles, Jadis et Naguère. L'autre est M. Stéphane Mallarmé qui, dès ses débuts, s'est révélé inintelligible et qui est toujours resté égal à lui-même. Quand les poètes, réunis dans l'entresol de Lemerre il y a quelque vingt ans, votaient l'admission de ses vers dans le recueil du Parnasse, qui leur eût dit qu'un jour viendrait où cet étrange rimeur, que l'on arborait comme un épouvantail, par pose, pour consterner le bourgeois, aurait un jour ses disciples qui trouveraient la plupart d'entre eux bourgeois eux-mêmes, vulgaires et tout à fait vieux jeu. Non seulement M. Mallarmé a rencontré des lecteurs qui le comprennent, ce qui est déjà une preuve bien convaincante de l'infinie bonté de Dieu, mais il a trouvé des admirateurs d'autant plus fanatiques qu'ils sentent que l'objet de leur admiration est plus inaccessible. M. Jean Moréas, auteur des Syrtes (3), M. Laurent Tailhade, auteur du Jardin des Rêves (4), M. Charles Vignier, M. Charles Morice, complètent la troupe. Nous pourrions citer quelques poètes encore en qui des traces décadentes sont visibles, mais ils s'en défendent et nous ne voulons point les affliger.

D'après les œuvres de l'école, et Floupette nous venant en aide, voici comment nous nous représentons le parfait décadent. Le trait caractéristique de sa physionomie morale est une aversion déclarée pour la foule considérée comme souverainement stupide et plate. Le poète s'isole pour chercher le précieux, le rare, l'exquis. Sitôt qu'un sentiment est à la veille d'être partagé par un certain nombre de ses semblables, il s'empresse de s'en défaire, à la façon des jolies femmes qui abandonnent une toilette dès qu'on la copie. La santé étant essentiellement vulgaire et bonne pour les rustres, il doit être au moins <névropathe>. Un habitué du café de Floupette se glorifie d'être hystérique. Si la nature aveugle s'obstine à faire circuler dans ses veines un sang banalement vigoureux il a recours à la seringue de Pravaz pour obtenir l'état morbide qui lui convient. Alors "les splendeurs des songes transcendants" s'ouvrant devant lui, ils s'arrange extatiquement une existence factice à son gré. Tantôt, comme M. Moréas, il se croira Prince en Tartarie:

Que l'on m'emporte dans la ville
  Où je serai le khan
Infaillible comme un prophète
Et dont la justice parfaite
  Prodigue le carcan.

Tantôt, comme M. Verlaine, dans un sonnet très admiré, il s'imaginera qu'il est à lui seul l'empire romain tout entier:

Je suis l'empire à la fin de la décadence
Qui regarde passer les grands barbares blancs
En composant des acrostiches indolents
D'un style d'or où la langueur du soleil danse.

La nature, la fleur, l'oiseau, la femme étant les lieux communs inévitables de toute poésie, il aura soin de les rendre méconnaissables à l'odieuse foule. Si une forêt entre dans ses vers, qu'elle ne soit pas verte; bleue, voilà une couleur décadente pour une forêt. Une fleur n'y saurait figurer qu'à la condition d'avoir un nom neuf, singulier et sonore, le cyclamen, le corylopsis. Les lotus, bien que déjà fort anciennement employés, lui sont cependant encore permis parce qu'il faut faire le voyage des Indes pour en voir. Il va de soi que, si une fleur suinte les poisons, elle a droit à une place de faveur. Les oiseaux aussi doivent être exotiques; une exception est faite pour le corbeau en raison de son plumage lugubre; il fournit de gracieuses comparaisons:

Mon âme est un manoir hanté par les corbeaux.

Quant aux femmes, seul un philistin peut trouver quelque charme à des joues fraîches, à une saine carnation. Il ne s'agit pas de s'amuser en ce monde; la joie et le rire sont, comme la santé, méprisés du décadent. Ecoutez plutôt ce que veut M. Moréas:

Je veux un amour plein de sanglots et de pleurs.
Je veux un amour triste ainsi qu'un ciel d'automne,
Un amour qui serait comme un bois planté d'ifs
Où dans la nuit le cor mélancolique sonne;
Je veux un amour triste ainsi qu'un ciel d'automne
Fait de remords très lents et de baisers furtifs.

Les peaux décolorées par les fards, les yeux cerclés de vert ou de bleu, les sangs pauvres et les nerfs détraqués des races vieillies, les humeurs fantasques précédant les maladies mentales, les vierges d'une perversité précoce, les vices qui s'épanouissent comme des moisissures sur le fumier des sociétés en décomposition, toutes les dépravations savantes des civilisations faisandées, ont naturellement la séduction des choses rares pour le décadent qu'horrifient les simples amours comprises de tout le monde. Il les assaisonne de religion, car il est catholique. D'abord, si l'on n'avait pas de Dieu il serait impossible de le blasphémer et de pimenter ses plaisirs par l'idée du péché. Ensuite, sans Dieu, on ne saurait avoir Satan; et, sans Satan, il est impossible d'être satanique, ce qui est essentiellement la manière d'être du décadent.

On connaît trop ses manières charmantes, dit un habitué du café de Floupette en parlant du diable. C'est un vrai gentleman, et puis il est damné de toute éternité, ce qui le rend intéressant.

Un autre habitué fait remarquer quelles complications invraisemblables on obtient avec la religion. En aimant, on peut se croire irrémissiblement damné et c'est alors une sensation exquise. On est donc religieux; n'est-il pas d'une délicieuse élégance de raconter une scélératesse bien noire avec des mots sacrés? Les œuvres de l'école font briller plus d'ostensoirs et resplendir plus d'or sur les chapes, allument plus de cierges, ouvrent plus de missels et fourbissent plus de décors de basilique que la rue Saint-Sulpice tout entière n'en pourrait fournir. Lisez la pièce de Floupette intitulée Remords: elle est caractéristique. Les cimetières, les cercueils, les tombes, bien que depuis le Moine de Lewis et le romantisme on en ait fort abusé, sont d'un ragoût trop piquant pour que le décadent y renonce tout à fait. Un peu de lune bleuissante par-dessus est également toujours goûté.

Mon cœur est un cercueil vide dans une tombe.

Comment remplacerait-on une image aussi expressive?

 


 

Cette maladive manie de se séparer du reste des hommes n'empêche pas le décadent d'aimer le bifteck saignant, de recourir, quand il a besoin de protection, aux agents de cette société qu'il dédaigne, d'avoir un tailleur qui l'habille à la dernière mode et de pratiquer sans effort les règles de la civilité puérile et honnête dans ses rapports avec ses contemporains. Aussi ne prenons-nous pas, pour notre part, autrement au sérieux ce mélange de mysticisme désespéré et de perversité satanique trop voulu pour ne pas fleurer un peu la fumisterie. Nous aurions donc laissé probablement les décadents tranquilles dans leur petite église transformée en mauvais lieu si nous n'avions eu à considérer que leurs opinions. Mais, autant ils mettent de vanité à rechercher des sensations inédites, autant ils apportent de soins à les exprimer dans des rythmes rares et dans une langue renouvelée. Et ils ont fait de ce côté des essais qui ne nous semblent pas indignes de l'attention de ceux qui aiment les vers.

Dans son Petit Traité de la Poésie française, qui est comme le code des conquêtes romantiques, M. Théodore de Banville exprimait, il y a quelques années, le regret que Victor Hugo n'ait pas eu le courage de rendre purement et simplement à la poésie la liberté dont elle jouissait à l'âge d'or du seizième siècle. Pourquoi défendre l'hiatus? Pourquoi défendre la diphtongue faisant syllabe dans les vers? Pourquoi exiger l'emploi alternatif des rimes féminines et masculines? Pourquoi exiger même la césure à la fin de l'hémistiche? Toutes ces règles, inutiles et nuisibles, puisqu'elles n'ajoutent rien à la beauté du vers, ont été inventées et imposées par Malherbe et par Boileau, versificateurs qui tuèrent la poésie pour deux siècles. "Victor Hugo pouvait, lui, de sa puissante main, briser tous les liens dans lesquels le vers est enfermé et nous le rendre absolument libre, mâchant seulement dans sa bouche écumante le frein d'or de la rime! Ce <que> n'a pas fait le géant, nul ne le fera, et nous n'aurons eu qu'une révolution incomplète."

Eh bien! cette révolution, les décadents la continuent après le géant mort. Leur curiosité les a conduits à reprendre ces libertés condamnées. Il y a là encore comme un plaisir de péché, en même temps qu'un moyen d'effets nouveaux. Leurs infractions à l'hiatus restent rares, mais ils se sont décidément affranchis de la césure et de l'alternance des deux rimes. Ils obtiennent avec des rimes exclusivement féminines des pièces chuchotantes, aux nuances effacées, avec des rimes exclusivement masculines des sonorités redondantes, impossibles sous le joug des anciennes règles. M. Verlaine, en particulier, est un des plus habiles jongleurs qui aient jamais joué avec notre métrique. Le vers, entre ses doigts, est comme la cire du sculpteur capable de s'assouplir à toutes les formes. Il a inventé plusieurs rythmes très vivants sous son souffle, et il a introduit dans la poésie savante les vers sans rime correspondante de notre poésie populaire. Les strophes suivantes, que nous choisissons dans les Romances sans paroles, et dont le charme est appréciable même pour le lecteur non décadent, contiennent à la fois un exemple de ce vers privé de rime et un exemple de l'un des rythmes qui appartiennent à M. Verlaine:

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville.
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur?

O bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits!
Pour un cœur qui s'ennuie
O le chant de la pluie!

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s'écœure.
Quoi! nulle trahison?
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi,
Sans amour et sans haine,
Mon cœur a tant de peine.

 


 

Novateurs dans la métrique, les poètes décadents ne le sont pas moins dans la langue. Enragés de délices inconnues, ils essayent d'exprimer ce qui a semblé inexprimable jusqu'à présent. Ici nous pénétrons dans l'obscur et <sibyllin> domaine où M. Stéphane Mallarmé est roi.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
– Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Ainsi parlait Baudelaire dans un sonnet intitulé: Concordances Les décadents en ont tiré un système de notation à faire frémir dans leurs tombes les vieux grammairiens, gardiens têtus de la pureté de la langue. Outre les notions de qualité et de quantité que nos mots définissent avec précision, nous percevons encore dans les choses des affinités restées tout à fait indéterminées jusqu'à présent; telle couleur évoque de vagues idées d'opulence, tel parfum transporte notre imagination en Orient, tel son nous met sous une impression triste. Nos abstracteurs de songes ont découvert qu'en s'appliquant à resuggérer ces sensations confuses, à reproduire artificiellement ces presque insaisissables excitations à la rêverie, ils obtiendraient un art étrangement subtil et raffiné auprès de celui que les poètes français ont pratiqué jusqu'à présent. Ils ne décrivent plus, ils ne peignent plus, ils suggèrent donc. La suggestion, c'est pour eux la poésie même:

Et tout le reste <est> littérature,

a déclaré Verlaine. Mais puisque, suivant Baudelaire, les parfums, les couleurs et les sons se répondent, c'est-à-dire puisqu'un parfum peut donner les mêmes rêves qu'un son et un son les mêmes rêves qu'une couleur, si une couleur est insuffisante pour suggérer une sensation, on use du parfum correspondant, et, si le parfum ne suffit pas non plus on peut recourir encore au son. On procède par analogie en choisissant dans trois vocabulaires au lieu d'un: c'est ce que les décadents appellent transposer. Ainsi quand Floupette s'écrie:

Ah! verte, verte, combien verte,
Etait mon âme, ce jour-là!

vous, non initié aux mystères de l'analogie, vous ne soupçonnez pas ce que peut être une âme verte. Mais Floupette est sûr de faire éprouver à tous les décadents les affreuses sensations que cet adjectif herbageux suggère. C'est une transposition.

Arrivés là, quelques lecteurs inquiets s'arrêteront pour se demander si nous ne sommes pas en train de les mystifier. Qu'ils se rassurent, nous leur racontons aussi clairement qu'il nous est possible le plus étrange assaut qui ait jamais été donné à la langue française, cette belle langue raisonnable et sceptique, amoureuse de netteté et de clarté, qui a une horreur spéciale pour l'inachevé dans l'expression et n'est pas plus faite que le grand jour pour l'indécision et le flottant des rêves. On peut penser tout ce qu'on voudra de cette violence, en rire ou s'en alarmer, mais il nous semble qu'il ne s'en est point vu d'aussi curieuse depuis que Ronsard essaya de parler grec et latin en français, et qu'elle vaut la peine qu'on s'y arrête une fois.

En appliquant aux mots le principe de l'analogie, on trouverait que les sons qui les composent correspondent à des couleurs et à des parfums. C'est ce que les décadents n'ont pas manqué de faire. Ils ont largement commenté le vers de Victor Hugo:

Car le mot, qu'on le sache, est un être vivant.

Vous vous imaginiez que le mot ne contenait pas autre chose que l'idée dont il est le signe. Détrompez-vous.

– Sais-tu ce que c'est que les mots? demande Floupette à son ancien condisciple, le pharmacien Tapora. Tu t'imagines une simple combinaison de lettres. Erreur! les mots sont vivants comme toi et plus que toi; ils marchent, ils ont des jambes comme les petits bateaux. Les mots ne peignent pas, ils sont la peinture elle-même; il y en a de verts, de jaunes et de rouges comme les bocaux de ton officine; il y en a d'une teinte dont rêvent les séraphins et que les pharmaciens ne soupçonnent pas. Quand tu prononces: Renoncule, n'as-tu pas dans l'âme toute la douceur attendrie des crépuscules d'automne? On dit: Un cigare brun. Quelle absurdité! Comme si ce n'était pas l'incarnation même de la blondeur que le cigare. Campanule est rose, d'une rose ingénu; triomphe, d'un pourpre de sang; adolescence, bleu pâle; miséricorde, bleu foncé. Et, ce n'est pas tout, les mots chantent, murmurent, susurrent, clapotent, grincent, tintinnabulent, claironnent; ils sont <tour> à tour le frisson de l'eau sur la mousse, la chanson glauque de la mer, la base profonde des orages, le hurlement sinistre des loups dans les bois... (1).

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes.

Du moment qu'au sens fixe du mot un écrivain se croit libre d'ajouter personnellement des significations arbitraires, il nous parle une langue qui n'est plus la nôtre. Le galimatias est au bout du système. Encore M. Verlaine se comprend-il le plus souvent à première lecture; ses dernières œuvres contiennent plus d'une pièce agréable d'une musique mourante et de nuances savamment dégradées, dans le genre de celle que nous citions plus haut. Mais M. Stéphane Mallarmé réalise dans toute sa beauté le chaos de la langue mise au pilon par l'analogie.

Nous citerons, à titre d'échantillon, ces deux strophes, les dernières de la dernière pièce qu'il ait publiée (2).

L'enfant abdique son extase
Et docte déjà par chemins,
Elle dit le mot: Anastase!
Né pour d'éternels parchemins.

Avant qu'un sépulcre ne rie
Sous aucun climat, son aïeul,
De porter ce nom: Pulchérie!
Caché par le trop grand glaïeul.

Cette poésie dont on dirait que les mots ont été tirés au hasard dans un chapeau a provoqué l'enthousiasme depuis le Chat-Noir jusqu'au Panier-Fleuri, le café de Floupette; des jeunes gens, rêvant dessus depuis des semaines, se pâment dans les bureaux de rédaction de Lutèce et de la Minerve, petits journaux amicalement entr'ouverts aux décadents, et, dans le dernier numéro de la Vie moderne, M. Frantz Jourdain s'indigne que le gouvernement ait laissé passer le 14 juillet sans donner le ruban rouge à l'auteur. Il paraît que chaque mot, sens et parfum, son et couleur à la fois, est comme une pilule renfermant la quintessence de pages entières; on n'a jamais fini de les déguster. Un décadent nous avait promis de nous expliquer de quoi est fait cette espèce de sublime of meat, mais depuis cette promesse il manque tous les rendez-vous que nous lui donnons et il est toujours à Grenelle, quand nous allons le chercher à Montmartre. Nous nous avouons donc incapables d'indiquer ce qu'a voulu suggérer M. Stéphane Mallarmé. On sent ou on ne sent pas, a dit M. Barrès.

 


 

Des observateurs timorés de notre temps ont la bonhomie de s'inquiéter de l'existence des poètes décadents. Serions-nous vraiment en décadence? Ma foi, on le saura dans cinquante ans. Pour le moment, il est permis de constater qu'il n'y a rien en eux de bien spécial à notre génération: ce dédain des sentiments qui constituent le fond de la vie morale, ce névrosiaque besoin de s'isoler du reste des hommes, cette façon d'entendre l'art comme un dilettantisme à la portée exclusive de quelques raffinés, ces affectations de corruption et d'horreur, tout cela est en germe dans les Jeune-France de 1835. De Gautier à Baudelaire, de Baudelaire au Parnasse, du Parnasse aux décadents, on voit grandir et se préciser cette infatuation de l'artiste qui le détourne de la source des grandes inspirations et le rabaisse au rang d'un simple virtuose. Le romantisme épuisé a donné cette dernière petite fleur, une fleur de fin de saison, maladive et bizarre. C'est sûrement une décadence, mais seulement celle d'une école qui se meurt. Les essais que font ces poètes sur la langue sont plus nouveaux en notre pays que leurs sentiments et leurs opinions. Cependant voilà longtemps déjà qu'en Angleterre une école célèbre cherche dans les mots une musique, des couleurs et des parfums, et je ne vois pas qu'on parle de décadence anglaise. Si un grand homme survenait, peut-être le procédé de l'analogie lui inspirerait-il des chefs-d'œuvre; auquel cas nous n'aurions qu'à bénir l'analogie. Avec les grands hommes, il faut s'attendre à tout. Mais, tant que M. Stéphane Mallarmé restera le plus haut représentant de la poésie nouvelle, vous pouvez dormir tranquille sur votre Littré, elle ne sera jamais contagieuse. Et si vous voulez vous convaincre que le vieil esprit de notre race a encore ses représentants nullement décadents parmi nous, soulevez le masque d'Adoré Floupette, vous trouverez dessous, avec M. Henri Beauclair, un débutant qui promet, M. Gabriel Vicaire, l'auteur des Emaux bressans (1). Ce n'est pas la muse de ce poète qu'on accusera d'anémie ou de névrose. C'est une belle et fraîche fille, toute parfumée des odeurs de la robuste campagne nourricière et qui, après avoir eu ses heures de rêveries gracieuses, le long des ruisseaux clairs, aime assez la bonne grosse gaieté de nos noëls bourguignons pour chanter:

Déjà le boudin rissole.
Entendez-vous, compagnons,
Chanter dans la casserole
    Les petits oignons.

 

 

[Fußnoten, S. *3]

(1) Chez Léon Vanier.   zurück

(2) Le libraire Léon Vanier, qui semble ambitionner de devenir le Lemerre de cette poésie nouvelle, a publié quelques-uns des volumes de M. Verlaine et tient un assortiment de décadents.   zurück

(3) Chez Léon Vanier.   zurück

(4) Chez Lemerre.   zurück

(1) Un sonnet de M. Arthur Rimbaud attribue ainsi aux voyelles leurs couleurs respectives:   zurück

(2) Dans la Revue indépendante   zurück

(1) 1 vol., chez G. Charpentier.   zurück

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

Le Temps.
1885, 6. August, S. *3.

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien).

Gezeichnet: Paul Bourde.


Le Temps online
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34431794k/date

 

 

Literatur

Arkell, David: Léon Vanier. Publisher of Poets. In: Poetry Nation Review 14 (1980), S. 66-68.

Baronian, Jean-Baptiste: Art. Bourde, Paul. In: Dictionnaire Rimbaud. Hrsg. von Jean-Baptiste Baronian. Paris 2014, S. 91-92.

Bauer, Roger: Die schöne Décadence. Geschichte eines literarischen Paradoxons. Frankfurt a.M. 2001 (= Das Abendland; N.F., 28).

Bauer, Roger: La belle décadence. Histoire d'un paradoxe littéraire. Paris 2012 (= Bibliothèque de littérature générale et comparée, 56).   –   Überarb. Fassung.

Biétry, Roland: Les théories poétiques à l'époque symboliste (1883 – 1896). Bern u.a. 1989 (= Publications Universitaires Européennes; Série 13, 152).   –   Reprint Genf 2001.
Vgl. S. 45-59.

Bivort, Olivier: Lutèce et les petits décadents. In: Cahiers de littérature française 7/8 (2009), S. 161-193.

Bourdieu, Pierre: Die Regeln der Kunst. Genese und Struktur des literarischen Feldes. Frankfurt a.M. 1999.

Brandmeyer, Rudolf: Poetiken der Lyrik: Von der Normpoetik zur Autorenpoetik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart u.a. 2011, S. 1-14.

Cestor, Françoise / Wagneur, Jean-Didier: Art. Vanier, Léon. In: Dictionnaire encyclopédique du livre. Hrsg. von Pascal Fouché u.a. Bd. 3. Paris 2011, S. 945-947.

Décaudin, Michel: Being Modern in 1885, or, Variations on "Modern," "Modernism," "Modernité". In: Modernism. Challenges and Perspectives. Hrsg. von Monique Chefdor u.a. Urbana u.a. 1986, S. 25-32.

Edwards, Peter J.: Le Petit Traité de poésie française de Théodore de Banville. Bible parnassienne ou invitation à l'expérimentation libre? In: Romantisme 163 (2014), S. 91-100.



Floupette, Adoré [d.i. Vicaire, Gabriel / Beauclair, Henri]: Les Déliquescences d'Adoré Floupette. Poèmes décadents.
Byzance: chez Lion Vanné 1885.
Erstdruck.
Achevé d'imprimer: 2 mai 1885.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1073270c

Floupette, Adoré [d.i. Vicaire, Gabriel / Beauclair, Henri]: Les Déliquescences. Poèmes décadents d'Adoré Floupette, avec sa vie par Marius Tapora.
Byzance: chez Lion Vanné 1885.
Zweite, erweiterte Auflage.
Achevé d'imprimer: 20 juin 1885.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k113350w

Floupette, Adoré: Les Déliquescences. Poèmes décadents d'Adoré Floupette, avec sa vie par Marius Tapora.
Introduction et notes par N. Richard.
Paris: A. G. Nizet 1984.



Happ, Julia S.: Literarische Dekadenz. Denkfiguren und poetische Konstellationen. Würzburg 2015.

Höllerer, Walter (Hrsg.): Theorie der modernen Lyrik. Neu herausgegeben von Norbert Miller und Harald Hartung. 2 Bde. Darmstadt 2003.

Illouz, Jean-Nicolas: Les manifestes symbolistes. In: Revue des Sciences Humaines 295 (2009), S. 165-188.

Jeandillou, Jean-François: Supercheries littéraires. La vie et l'oeuvre des auteurs supposés. Préface de Michel Arrivé. Genève 2001.

Jourde, Pierre: "Les Déliquescences" d'Adoré Floupette ou l'imitation crée le modèle. In: Romantisme 75 (1992), S. 13-20.

Jurt, Joseph: Les mécanismes de constitution de groupes littéraires: L'exemple du Symbolisme. In: Neophilologus 70 (1986), S. 20-33.

Jurt, Joseph: Synchronie littéraire et rapports de force. Le champ poétique des années 80. In: Oeuvres et Critiques 12,2 (1987), S. 19-33.

Jurt, Joseph: Der Aufstand der Symbolisten im Kontext des französischen Fin de siècle. In: Fin de siècle. Hrsg. von Monika Fludernik u.a. Trier 2002 (= Literatur – Imagination – Realität, 29), S. 9-28.

Kafitz, Dieter: Décadence in Deutschland. Studien zu einem versunkenen Diskurs der 90er Jahre des 19. Jahrhunderts. Heidelberg 2004 (= Beiträge zur neueren Literaturgeschichte, 209).

Lamping, Dieter: Moderne Lyrik. Göttingen 2008.

Lethève, Jacques: Impressionistes et symbolistes devant la presse. Paris 1959.

Melmoux-Montaubin, Marie-Françoise: Le Manifeste décadent: Un Manifeste pour rire. In: Revue des Sciences Humaines 295 (2009), S. 189-206.

Michaud, Guy: Le symbolisme tel qu'en lui-même. Paris 1995.
Kap. VII: Découverte du symbolisme (S. 175-202).

Millot, Hélène: Arts poétiques, préfaces et manifestes: la légitimation de l'écriture par le savoir au XIXe siècle. In: Écrire / Savoir: Littérature et connaissances à l'époque moderne. Hrsg. von Alain Vaillant. Saint-Etienne 1996 (Collection "Lieux littéraires", 1), S. 205-227.

Moréas, Jean: Les Décadents. In: Le XIXe siècle. 1885, 11. August, S. *3.
URL: gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32757974m/date
Hier:
"Les poètes décadents – la critique, puisque sa manie d'étiquetage est incurable, pourrait les appeler plus justement des symboliques".
Aufgenommen in:
Jean Moréas: Les premières armes du symbolisme. Paris 1889, S. 25-30.
URL: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1079099
URL: https://archive.org/details/lespremiresarme00vanigoog
Hier:
"Les poètes décadents – la critique, puisque sa manie d'étiquetage est incurable, pourrait les appeler plus justement des symbolistes" (S. 29 f.).

Murat, Michel: Le vers libre. Paris 2008 (= Littérature de notre siècle, 36).

Palacio, Jean de: La Décadence. Le mot et la chose. Paris 2011 (= Collection "Les Belles Lettres/essais").

Pross, Caroline: Dekadenz. Studien zu einer großen Erzählung der frühen Moderne. Göttingen 2013.

Richard, Noël: A l'aube du symbolisme. Hydropathes, fumistes et décadents. Paris 1961.
Bourde passim (Register).

Stephan, Philip: Paul Verlaine and the decadence 1882-90. Manchester u.a. 1974.

Vérilhac, Yoan: La Jeune Critique des petites revues symbolistes. Saint-Étienne 2010 (= Collection "Le XIXe siècle en représentation(s)").

Zanucchi, Mario: Transfer und Modifikation. Die französischen Symbolisten in der deutschsprachigen Lyrik der Moderne (1890-1923). Berlin/Boston 2016 (= spectrum Literaturwissenschaft/spectrum Literature, 52).
Register.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer