Guillaume Apollinaire

 

 

                              Fiançailles

 

5   Le printemps laisse errer les fiancés parjures,
Et laisse feuilloler longtemps les plumes bleues,
Que secoue le cyprès où niche l'oiseau bleu.

Une Madone, à l'aube, a pris les églantines;
Elle viendra, demain, cueillir les giroflées
10   Pour mettre aux nids des colombes qu'elle destine
Au pigeon qui ce soir semblait le Paraclet.

Au petit bois de citronniers, s'énamourèrent,
D'amour que nous aimons les dernières venues.
Les villages lointains sont comme leurs paupières,
15   Et parmi les citrons leurs cœurs sont suspendus.


                                * * *

Mes amis m'ont enfin avoué leur mépris.
Je buvais à pleins verres les étoiles,
Un ange a exterminé, pendant que je dormais,
Les agneaux, les pasteurs des tristes bergeries.
20   De faux centurions emportaient le vinaigre,
Et les gueux mal blessés par l'épurge dansaient.
Étoiles de l'éveil! je n'en connais aucune.
Les becs de gaz pissaient leur flamme au clair de lune,
Des croque-morts avec des bocks tintaient des glas.
25   A la clarté des bougies tombaient, vaille que vaille,
Des faux-cols sur les flots de jupes mal brossées,
Des accouchées masquées fêtaient leurs relevailles.
[321] La ville, cette nuit, semblait un archipel,
Des femmes demandaient l'amour et la dulie,
30   Et sombre, sombre fleuve, je me rappelle
Les ombres qui passaient n'étaient jamais jolies.


                                * * *

Je n'ai plus même pitié de moi,
Et ne puis exprimer mon tourment de silence.
Tous les mots que j'avais à dire se sont changés en étoiles.
35   Un Icare tente de s'élever jusqu'à chacun de mes yeux,
Et porteur de soleils, je brûle au centre de deux nébuleuses.
Qu'ai-je fait aux bêtes théologales de l'intelligence?
Jadis, les morts sont revenus pour m'adorer,
Et j'espérais la fin du monde,
40   Mais la mienne arrive en sifflant comme un ouragan.


                                * * *

J'ai eu le courage de regarder en arrière
Les cadavres de mes jours
Marquent ma route et je les pleure.
Les uns pourrissent dans les églises italiennes,
45   Ou bien dans de petits bois de citronniers
Qui fleurissent et fructifient
En même temps et en toute saison.
D'autres jours ont pleuré avant de mourir dans des tavernes,
Où d'ardents bouquets rouaient,
50   Aux yeux d'une <mulâtresse> qui inventait la poésie,
Et les roses de l'électricité s'ouvrent encore
Dans le jardin de ma mémoire.

Pardonnez-moi mon ignorance;
Pardonnez-moi de ne plus connaître l'ancien jeu des vers.
55   Je ne sais plus rien et j'aime uniquement;
[322] Mais les fleurs, à mes yeux, redeviennent des flammes.
Je médite divinement.
Et je souris des êtres que je n'ai pas créés.
Mais si le temps venait, où l'ombre enfin solide
60   Se multipliait en réalisant la diversité formelle de mon amour
J'admirerais mon ouvrage.


                                * * *

J'observe le repos du dimanche
Et je loue la paresse.
Comment, comment réduire
65   L'infiniment petite science
Que m'imposent mes sens.
L'un est pareil aux montagnes, au ciel,
Aux villes, à mon amour.
Il ressemble aux saisons,
70   Il vit décapité, sa tête est le soleil
Et la lune, son cou tranché.
Je voudrais éprouver une ardeur infinie.
Monstre de mon ouïe, tu rugis et tu pleures;
Le tonnerre te sert de chevelure
75   Et tes griffes répètent le chant des oiseaux.
Le toucher monstrueux m'a pénétré, m'empoisonne,
Mes yeux nagent loin de moi,
Et les astres intacts sont mes maîtres sans épreuve.
La bête des fumées a la tête fleurie;
80   Et le monstre le plus beau,
Ayant la saveur du laurier, se désole.


                                * * *

A la fin, les mensonges ne me font plus peur.
C'est la lune qui cuit comme un œuf sur le plat.
Ce collier de gouttes d'eau va parer la noyée.
85   [323] Voici mon bouquet de fleurs de la passion,
Qui offrent tendrement deux couronnes d'épines.
Les rues sont mouillées de la pluie de naguère.
Des anges diligents travaillent pour moi à la maison.
La lune et la tristesse disparaîtront pendant
90   Toute la sainte journée.
Toute la sainte journée, j'ai marché en chantant,
Une dame, penchée à sa fenêtre, m'a regardé longtemps,
M'éloigner en chantant.


                                * * *

Au tournant d'une rue, je vis des matelots
95   Qui dansaient, le cou nu, au son d'un accordéon
J'ai tout donné au soleil,
Tout, sauf mon ombre.

Les dragues, les ballots, les sirènes mi-mortes!
A l'horizon brumeux s'enfonçaient les trois-mâts
100   Les vents ont expiré couronnés d'anémones,
O Vierge, signe pur du troisième mois.



                                * * *

Templiers flamboyants, je brûle parmi vous.
Prophétisons ensemble, ô grands maîtres, je suis
Le désirable feu qui pour vous se dévoue,
105   Et la girande tourne, ô belle, ô belle nuit.

Liens déliés par une libre flamme, ardeur
Que mon souffle éteindra, ô morts, à quarantaine.
Je mire de ma mort la gloire et le malheur.
Comme si je visais l'oiseau de la quintaine.
 


                                * * *

Incertitude, oiseau feint, peint, quand vous tombiez,
Le soleil et l'amour dansaient dans le village.
Et tes enfants galants, bien ou mal habillés,
Ont bâti ce bûcher, le nid de mon courage.

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

Pan. Revue libre.
1908, Nr. 6, November-Dezember, S. 320-323. [PDF]

Gezeichnet: Guillaume Apollinaire.

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien). Ein Druckfehler wurde korrigiert (V. 46).

 

 

Mit Änderungen aufgenommen in

 

Kommentierte und kritische Ausgaben

 

Übersetzung ins Deutsche

 

 

Literatur

Adelaar, Dick (Hrsg.): Apollinaire. Wortführer der Avantgarde – Avantgardist des Wortes [Ausstellungskat.]. Heino/Wihje u.a. 1999.



Apollinaire, Guillaume: [Réponse à une enquête]. In: Revue littéraire de Paris et de Champagne. 1906, September, S. 330. [Gallica]   –   Vgl. J.-René Aubert: Idées & Opinions sur l'avenir littéraire de la langue française. In: Revue littéraire de Paris et de Champagne. 1906, Februar/März, S. 105-106 [Gallica]; hier: "Questionnaire" (S. 106).

Apollinaire, Guillaume: Jean Royère. In: La Phalange. Jg. 3, 1908, Nr. 19, 15. Januar, S. 596-600. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: [Sammelrezension; in der Rubrik "Les Romans"]. In: La Phalange. Jg. 3, 1908, Nr. 26, 15. August, S. 161-163. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Fiançailles. In: Pan. Revue libre. 1908, Nr. 6, November-Dezember, S. 320-323. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Paul Fort. In: La Phalange. Jg. 4, 1909, Nr. 33, 20. März, S. 802-805. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: [Gerard de Nerval; in der Rubrik "La Vie anecdotique"] In: Mercure de France. Bd. 92, 1911, 16. Juli, S. 439-443. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Du Sujet dans la Peinture moderne. In: Les Soirées de Paris. 1912, Nr. 1, Februar, S. 1-4. [Gallica]

Apollinaire, Guillaume: Réalité, peinture pure. In: Der Sturm. Wochenschrift für Kultur und die Künste. Jg. 3, 1912/13, Nr. 138/39, Dezember 1912, S. 224-225. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Die moderne Malerei. In: Der Sturm. Wochenschrift für Kultur und die Künste. Jg. 3, 1912/13, Nr. 148/49, Februar 1913, S. 272. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Nos amis les futuristes. In: Les Soirées de Paris. 1914, Nr. 21, 15. Februar, S. 78-79. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Simultanisme – Librettisme. In: Les Soirées de Paris. 1914, Nr. 25, 15. Juni, S. 322-325. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Lettre-Océan. In: Les Soirées de Paris. 1914, Nr. 25, 15. Juni, S. 340-341. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: La Victoire. In: Nord-Sud. Revue littéraire. Jg. 1, 1917, Nr. 1, 15. März, S. 8-10. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: Calligrammes. Poèmes de la paix et de la guerre (1913 – 1916). Paris: Mercure de France 1918.
URL: https://archive.org/details/calligrammespo00apol

Apollinaire, Guillaume: Brief an André Billy (29. Juli 1918). In: André Billy: Apollinaire vivant. Avec une photographie inédite et des portraits-charges de Pablo Picasso. Paris: Éditions de La Sirène 1923, S. 103-104. [PDF]

Apollinaire, Guillaume: L'Esprit nouveau et les Poètes. In: Mercure de France. Bd. 130, 1918, 1. Dezember, S. 385-396. [PDF]

Apollinaire: Oeuvres en prose complètes. Hrsg. von Pierre Caizergues u. Michel Décaudin. 3 Bde. Paris: Gallimard 1977/93 (= Bibliothèque de la Pléiade; 267, 382, 319).

Düchting, Hajo (Hrsg.): Apollinaire zur Kunst. Texte und Kritiken 1905 – 1918. Köln: DuMont 1989 (= DuMont-Dokumente).

Apollinaire, Guillaume: Journal intime, 1898-1918. Hrsg. von Michel Décaudin. Paris: Éd. du Limon 1991.

Apollinaire, Guillaume: Der verwesende Zauberer. Erzählungen, Briefe, Essays. Ausgew. von Frauke Rother. Berlin: Verlag Volk und Welt 1991.

Apollinaire, Guillaume: Chroniques d'art 1902 – 1918. Hrsg. von L.-C. Breunig. Paris: Gallimard 1993 (= Folio; Essais, 221).

Rehage, Philipp (Hrsg.): Correspondance Guillaume Apollinaire – Herwarth Walden. (Der Sturm). 1913 – 1914. Caen: Lettres Modernes Minard 2007 (= Archives des lettres modernes, 288).

Apollinaire, Guillaume: Correspondance avec les artistes 1903 – 1918. Hrsg. von Laurence Campa u.a. Paris: Gallimard 2009.



Barck, Karlheinz: Art. Avantgarde. In: Ästhetische Grundbegriffe. Bd. 1. Stuttgart u.a. 2000, S. 544-577.

Bertrand, Jean-Pierre / Durand, Pascal: Les Poètes de la modernité. De Baudelaire à Apollinaire. Paris 2006 (= Points essais, 544).

Bohn, Willard: Apollinaire and the International Avant-Garde. New York 1997 (= SUNY Series. The margins of Literature).

Boschetti, Anna: La poésie partout. Apollinaire, homme-époque (1898 – 1918). Paris 2001 (= Collection "Liber").

Boschetti, Anna: Apollinaire et la révolution des peintres. In: Le texte et le contexte. Analyses du champ littéraire français. Hrsg. von Michael Einfalt u.a. Berlin u.a. 2002 (= Studien des Frankreich-Zentrums der Universität Freiburg, 9), S. 77-103.

Brandmeyer, Rudolf: Poetologische Lyrik. In: Handbuch Lyrik. Theorie, Analyse, Geschichte. Hrsg. von Dieter Lamping. Stuttgart u.a. 2011, S. 157-162.

Breunig, L. C.: Apollinaire's "Les Fiançailles". In: Essays in French Literature 3 (1966), S. 1-32.

Brümann, Ina M.: Apollinaire und die deutsche Avantgarde. Hamburg 1988 (= Wissenschaft aktuell,1).

Burgos, Jean / Debon, Claude / Décaudin, Michel: Apollinaire, en somme. Paris 1998 (= Littérature de notre siècle, 7).

Caizergues, Pierre u.a. (Hrsg.): Picasso, Apollinaire. Correspondance. Paris 1992 (= Collection "Art et artistes").

Campa, Laurence: L'esthétique d'Apollinaire. Paris 1996.

Campa, Laurence: Parnasse, Symbolisme, Esprit nouveau. Paris 1997 (= Collection "thèmes & études").

Campa, Laurence: Apollinaire. Critique littéraire. Paris 2002 (= Littérature de notre siècle, 19).

Campa, Laurence: Apollinaire. La poésie perpétuelle. Paris 2009 (= Collection "Découvertes Gallimard").

Campa, Laurence: Guillaume Apollinaire. Paris 2013 (= Collection "NRF Biographies").

Décaudin, Michel: Apollinaire et Marinetti. In: Mélanges de littérature française moderne offerts à Garnet Rees par ses collègues et amis. Hrsg. von Cedric E. Pickford. Paris 1980, S. 103-115.

Décaudin, Michel: La crise des valeurs symbolistes. Vingt ans de poésie française 1895 – 1914. Genf u.a. 1981 (= Références, 11).

Décaudin, Michel: Guillaume Apollinaire. Alcools. Paris 1993 (= Foliothèque, 23).

Décaudin, Michel: Apollinaire. Paris 2002 (= Le livre de poche; Références, 580).

Décaudin, Michel: Une relation conflictuelle. Apollinaire et le monde germanique. In: Distanz und Aneignung. Kunstbeziehungen zwischen Deutschland und Frankreich 1870 – 1945. Hrsg. von Alexandre Kostka u.a. Berlin 2004 (= Passagen, 8), S. 189-206.

Edson, Laurie: A New Aesthetic. Apollinaire's "Les Fiançailles" and Picasso's Les Demoiselles d'Avignon. In: Symposium. A Quarterly Journal in Modern Literatures 36,2 (1982), S. 115-128.

Gibson, Robert (Hrsg.): Modern French Poets on Poetry. An Anthology. 2. Aufl. Cambridge u.a. 1979.

Gleize, Jean-Marie (Hrsg.): La poésie. Textes critiques XIVe-XXe siècle. Paris 1995 (= Textes essentiels).

Graham, Edouard: Apollinaire au centre des avant-gardes dans la bibliothèque Jean Bonna. Saint-Clément de Rivière 2011.

Heitmann, Klaus: Dichterische Selbst-Findung bei Apollinaire. Versuch einer Gesamtdeutung von "Les Fiançailles". In: Germanisch-Romanische Monatsschrift; N.F. 19 (1969), S. 59-93.

Hirschberger, Elisabeth: Dichtung und Malerei im Dialog. Von Baudelaire bis Eluard, von Delacroix bis Max Ernst. Tübingen 1993 (= Romanica Monacensia, 42).   –   Vgl. S. 65-76.

Höllerer, Walter (Hrsg.): Theorie der modernen Lyrik. Neu herausgegeben von Norbert Miller und Harald Hartung. 2 Bde. Darmstadt 2003.

Jarrety, Michel (Hrsg.): La poésie française du Moyen Âge au XXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Quadrige").

Jauß, Hans R.: Die Epochenschwelle von 1912: Guillaume Apollinaires 'Zone' und 'Lundi Rue Christine'. In: Ders., Studien zum Epochenwandel der ästhetischen Moderne. Frankfurt a.M. 1989 (= suhrkamp taschenbuch wissenschaft, 864), S. 216-256.

Jenny, Laurent: La fin de l'intériorité. Théorie de l'expression et invention esthétique dans les avant-gardes françaises (1885 – 1935). Paris 2002 (= Collection "Perspectives littéraires").

Kramer, Andreas: "Paris liegt einfach am Bayrischen Platz / zu Berlin." Französische Avantgarde und entgrenzte Lyrik im deutschen Expressionismus. In: Frankreich und der deutsche Expressionismus. Hrsg. von Frank Krause. Göttingen 2008, S. 25-44.

Krenzel-Zingerle, Veronika: Apollinaire-Lektüren. Sprachrausch in den Alcools. Tübingen 2003.   –   Kap. 4: Les Fiançailles – eine Poetik des Selbstopfers (S. 94-163).

Krzywkowski, Isabelle: Le Temps et l'Espace sont morts hier. Les années 1910 – 1920: Poésie et poétique de la première avant-garde. Paris 2006 (= Collection "Les aéronautes de l'esprit").

Krzywkowski, Isabelle: Les Avant-gardes poétiques: échanges et réception entre la France et l'Allemagne. In: Expressionisme(s) et avant-gardes. Actes du colloque de Reims, 23-25 janvier 2003. Hrsg. von Isabelle Krzywkowski u.a. Paris 2007, S. 201-223.

Lamping, Dieter: Moderne Lyrik. Göttingen 2008.

Leroy, Claude: Drei Begegnungen mit dem Esprit nouveau. In: Der Blick vom Wolkenkratzer. Avantgarde – Avantgardekritik – Avantgardeforschung. Hrsg. von Wolfgang Asholt u.a. Amsterdam 2000 (= Avant-Garde Critical Studies, 14), S. 583-608.

Leube, Eberhard: Lyrisme und 'lyrische' Identität. Zum Gattungsverständnis der Avantgarde aus Anlass Apollinaires. In: Lyrik und Malerei der Avantgarde. Hrsg. von Rainer Warning u.a. München 1982 (= UTB, 1191), S. 421-443.

Mathews, Timothy: Reading Apollinaire. Theories of poetic language. Manchester 1987.   –   Vgl. S. 51-73.

Murat, Michel: Le vers libre. Paris 2008 (= Littérature de notre siècle, 36).

Naliwajek, Zbigniew: La poésie dans le Mercure de France. In: Apollinaire au tournant du siècle. Actes du colloque, 20-23 octobre 1980. Organisé par l'Institut de philosophie romane et le Centre d'études française de l'Université de Varsovie. Hrsg. von Maciej Zurowski. Warschau 1984 (= Les Cahiers de Varsovie, 11), S. 57-70.

Read, Peter: Picasso and Apollinaire. The Persistence of Memory. Berkeley 2008.

Renaud, Philippe: Lecture d'Apollinaire. Lausanne 1969 (= Collection Lettera, 1).

Rodriguez, Antonio: Modernité et paradoxe lyrique. Max Jacob, Francis Ponge. Paris 2006 (= Collection "Surfaces").

Röhnert, Jan: "Es grüsst uns sehr – Herr Apollinaire". Zur Präsenz der französischen Avantgarde in der deutschen Nachkriegslyrik. Der Beitrag Rolf Dieter Brinkmanns. In: Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik 134 (2004), S. 129-146.

Schuhmann, Klaus: Lyrik des 20. Jahrhunderts. Materialien zu einer Poetik. Reinbek bei Hamburg 1995 (= rowohlts enzyklopädie, 550).

Stierle, Karlheinz: Babel und Pfingsten. Zur immanenten Poetik von Apollinaires Alcools. In: Lyrik und Malerei der Avantgarde. Hrsg. von Rainer Warning u.a. München 1982 (= UTB, 1191), S. 61-112.

Wehle, Winfried: Orpheus' zerbrochene Leier. Zur 'Poetik des Machens' in avantgardistischer Lyrik (Apollinaire). In: Lyrik und Malerei der Avantgarde. Hrsg. von Rainer Warning u.a. München 1982 (= UTB, 1191), S. 381-420.

Wehle, Winfried: Lyrik im Zeitalter der Avantgarde. Die Entstehung einer "ganz neuen Ästhetik" zu Jahrhundertbeginn. In: Die französische Lyrik. Hrsg. von Dieter Janik. Darmstadt 1987 (= Grundriß der Literaturgeschichte nach Gattungen), S. 408-480.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer