Madame de Staël

 

 

De l'Allemagne

 

De la poésie
De la poésie classique et de la poésie romantique

Editionsbericht
Literatur

 

De la poésie.

 

Ce qui est vraiment divin dans le cœur de l'homme ne peut être défini; s'il y a des mots pour quelques traits, il n'y en a point pour exprimer l'ensemble, et sur-tout le mystère de la véritable beauté dans tous les genres. Il est facile de dire ce qui n'est pas de la poésie; mais si l'on veut comprendre ce qu'elle est, il faut appeler à son secours les impressions qu'excitent une belle contrée, une musique harmonieuse, le regard d'un objet chéri, et par-dessus tout un sentiment religieux qui nous fait éprouver en nous-mêmes la présence de la divinité. La poésie est le langage naturel à tous les cultes. La Bible est pleine de poésie, Homère est plein de religion; ce n'est pas qu'il y ait des fic[276]tions dans la Bible, ni des dogmes dans Homère; mais l'enthousiasme rassemble dans un même foyer des sentiments divers, l'enthousiasme est l'encens de la terre vers le ciel, il les réunit l'un à l'autre.

Le don de révéler par la parole ce qu'on ressent au fond du cœur est très rare; il y a pourtant de la poésie dans tous les êtres capables d'affections vives et profondes; l'expression manque à ceux qui ne sont pas exercés à la trouver. Le poëte ne fait, pour ainsi dire, que dégager le sentiment prisonnier au fond de l'ame; le génie poétique est une disposition intérieure de la même nature que celle qui rend capable d'un généreux sacrifice: c'est rêver l'héroïsme que composer une belle ode. Si le talent n'étoit pas mobile, il inspireroit aussi souvent les belles actions que les touchantes paroles; car elles partent toutes également de la conscience du beau, qui se fait sentir en nous-mêmes.

Un homme d'un esprit supérieur disoit que la prose étoit factice, et la poésie naturelle: en effet, les nations peu civilisées commencent toujours par la poésie, et dès qu'une passion forte agite l'ame, les hommes les plus vulgaires se servent, à leur insçu, [277] d'images et de métaphores; ils appellent à leur secours la nature extérieure pour exprimer ce qui <se> passe en eux d'inexprimable. Les gens du peuple sont beaucoup plus près d'être poëtes que les hommes de bonne compagnie, car la convenance et le persiflage ne sont propres qu'à servir de bornes, ils ne peuvent rien inspirer.

Il y a lutte interminable dans ce monde entre la poésie et la prose, et la plaisanterie doit toujours se mettre du côté de la prose; car c'est rabattre que plaisanter. L'esprit de société est cependant très favorable à la poésie de la grace et de la gaieté dont l'Arioste, La Fontaine, Voltaire, sont les plus brillants modèles. La poésie dramatique est admirable dans nos premiers écrivains; la poésie descriptive, et sur-tout la poésie didactique a été portée chez les Français à un très haut degré de perfection; mais il ne paroît pas qu'ils soient appelés <jusqu'à> présent à se distinguer dans la poésie lyrique ou épique, telle que les anciens et les étrangers la conçoivent.

La poésie lyrique s'exprime au nom de l'auteur même; ce n'est plus dans un personnage qu'il se transporte, c'est en lui-même [278] qu'il trouve les divers mouvements dont il est animé: J.-B. Rousseau dans ses odes religieuses, Racine dans Athalie, se sont montrés poëtes lyriques; ils étoient nourris des psaumes et pénétrés d'une foi vive; néanmoins les difficultés de la langue et de la versification française s'opposent presque toujours à l'abandon de l'enthousiasme. On peut citer des strophes admirables dans quelques unes de nos odes; mais y en a-t-il une entière dans laquelle le dieu n'ait point abandonné le poëte? De beaux vers ne sont pas de la poésie; l'inspiration dans les arts est une source inépuisable qui vivifie depuis la première parole jusqu'à la dernière: amour, patrie, croyance, tout doit être divinisé dans l'ode, c'est l'apothéose du sentiment: il faut, pour concevoir la vraie grandeur de la poésie lyrique, errer par la rêverie dans les régions éthérées, oublier le bruit de la terre en écoutant l'harmonie céleste, et considérer l'univers entier comme un symbole des émotions de l'ame.

L'énigme de la destinée humaine n'est de rien pour la plupart des hommes; le poëte l'a toujours présente à l'imagination. L'idée de la mort, qui décourage les esprits vul[279]gaires, rend le génie plus audacieux, et le mélange des beautés de la nature et des terreurs de la destruction excite je ne sais quel délire de bonheur et d'effroi, sans lequel l'on ne peut ni comprendre ni décrire le spectacle de ce monde. La poésie lyrique ne raconte rien, ne s'astreint en rien à la succession des temps, ni aux limites des lieux; elle plane sur les pays et sur les siècles; elle donne de la durée à ce moment sublime pendant lequel l'homme s'élève au-dessus des peines et des plaisirs de la vie. Il se sent au milieu des merveilles du monde comme un être à la fois créateur et créé, qui doit mourir et qui ne peut cesser d'être, et dont le cœur tremblant et fort en même temps s'enorgueillit en lui-même et se prosterne devant Dieu.

Les Allemands réunissant tout à la fois, ce qui est très rare, l'imagination et le recueillement contemplatif, sont plus capables que la plupart des autres nations de la poésie lyrique. Les modernes ne peuvent se passer d'une certaine profondeur d'idées dont une religion spiritualiste leur a donné l'habitude; et si cependant cette profondeur n'étoit point revêtue d'images, ce ne seroit pas de la poésie: il faut donc que la nature [280] grandisse aux yeux de l'homme pour qu'il puisse s'en servir comme de l'emblème de ses pensées. Les bosquets, les fleurs et les ruisseaux suffisoient aux poëtes du paganisme; la solitude des forêts, l'Océan sans bornes, le ciel étoilé peuvent à peine exprimer l'éternel et l'infini dont l'ame des chrétiens est remplie.

Les Allemands n'ont pas plus que nous de poëme épique; cette admirable composition ne paroît pas accordée aux modernes, et peut-être n'y a-t-il que l'Iliade qui réponde entièrement à l'idée qu'on se fait de ce genre d'ouvrage: il faut pour le poëme épique un concours singulier de circonstances qui ne s'est rencontré que chez les Grecs, l'imagination des temps héroïques et la perfection du langage des temps civilisés. Dans le moyen âge, l'imagination étoit forte, mais le langage imparfait; de nos jours le langage est pur, mais l'imagination est en défaut. Les Allemands ont beaucoup d'audace dans les idées et dans le style, et peu d'invention dans le fond du sujet; leurs essais épiques se rapprochent presque toujours du genre lyrique. Ceux des Français rentrent plutôt dans le genre dramatique, et l'on y trouve plus d'intérêt que de grandeur. Quand il [281] s'agit de plaire au théâtre, l'art de se circonscrire dans un cadre donné, de deviner le goût des spectateurs et de s'y plier avec adresse, fait une partie du succès; tandis que rien ne doit tenir aux circonstances extérieures et passagères dans la composition d'un poëme épique. Il exige des beautés absolues, des beautés qui frappent le lecteur solitaire, lorsque ses sentiments sont plus naturels et son imagination plus hardie. Celui qui voudroit trop hasarder dans un poëme épique pourroit bien encourir le blâme sévère du bon goût français; mais celui qui ne hasarderoit rien n'en seroit pas moins dédaigné.

Boileau, tout en perfectionnant le goût et la langue, a donné à l'esprit français, l'on ne sauroit le nier, une disposition très défavorable à la poésie. Il n'a parlé que de ce qu'il falloit éviter, il n'a insisté que sur des préceptes de raison et de sagesse qui ont introduit dans la littérature une sorte de pédanterie très nuisible au sublime élan des arts. Nous avons en français des chefs-d'œuvre de versification; mais comment peut-on appeler la versification de la poésie! Traduire en vers ce qui étoit fait pour rester [282] en prose, exprimer en dix syllabes, comme Pope, les jeux de cartes et leurs moindres détails, ou comme les derniers poëmes qui ont paru chez nous, le trictrac, les échecs, la chimie, c'est un tour de passe-passe en fait de paroles, c'est composer avec les mots comme avec les notes des sonates sous le nom de poëme.

Il faut cependant une grande connoissance de la langue poétique pour décrire ainsi noblement les <objets> qui prêtent le moins à l'imagination, et l'on a raison d'admirer quelques morceaux détachés de ces galeries de tableaux; mais les transitions qui les lient entre eux sont nécessairement prosaïques comme ce qui se passe dans la tête de l'écrivain. Il s'est dit; – Je ferai des vers sur ce sujet, puis sur celui-ci, puis sur celui-là; – et sans s'en apercevoir il nous met dans la confidence de sa manière de travailler. Le véritable poëte conçoit, pour ainsi dire, tout son poëme à la fois au fond de son ame; sans les difficultés du langage il improviseroit, comme la sibylle et les prophètes, les hymnes saints du génie. Il est ébranlé par ses conceptions comme par un évènement de sa vie; un monde nouveau s'offre à lui; [283] l'image sublime de chaque situation, de chaque caractère, de chaque beauté de la nature frappe ses regards, et son cœur bat pour un bonheur céleste qui traverse comme un éclair l'obscurité du sort. La poésie est une possession momentanée de tout ce que notre ame souhaite; le talent fait disparoître les bornes de l'existence et change en images brillantes le vague espoir des mortels.

Il seroit plus aisé de décrire les symptômes du talent que de lui donner des préceptes; le génie se sent comme l'amour par la profondeur même de l'émotion dont il pénètre celui qui en est doué: mais si l'on osoit donner des conseils à ce génie, dont la nature veut être le seul guide, ce ne seroit pas des conseils purement littéraires qu'on devroit lui adresser: il faudroit parler aux poëtes comme à des citoyens, comme à des héros; il faudroit leur dire: – Soyez vertueux, soyez croyants, soyez libres, respectez ce que vous aimez, cherchez l'immortalité dans l'amour et la Divinité dans la nature, enfin, sanctifiez votre ame comme un temple, et l'ange des nobles pensées ne dédaignera pas d'y apparoître.

 

 

[284] De la poésie classique et de la poésie romantique.

 

Le nom de romantique a été introduit nouvellement en Allemagne pour désigner la poésie dont les chants des troubadours ont été l'origine, celle qui est née de la chevalerie et du christianisme. Si l'on n'admet pas que le paganisme et le christianisme, le nord et le midi, l'antiquité et le moyen âge, la chevalerie et les institutions grecques et romaines, se sont partagé l'empire de la littérature, l'on ne parviendra jamais à juger sous un point de vue philosophique le goût antique et le goût moderne.

On prend quelquefois le mot classique comme synonyme de perfection. Je m'en [285] sers ici dans une autre acception, en considérant la poésie classique comme celle des anciens, et la poésie romantique comme celle qui tient de quelque manière aux traditions chevaleresques. Cette division se rapporte également aux deux ères du monde: celle qui a précédé l'établissement du christianisme, et celle qui l'a suivi.

On a comparé aussi dans divers ouvrages allemands la poésie antique à la sculpture, et la poésie romantique à la peinture; enfin l'on a caractérisé de toutes les manières la marche de l'esprit humain, passant des religions matérialistes aux religions spiritualistes, de la nature à la Divinité.

La nation française, la plus cultivée des nations latines, penche vers la poésie classique imitée des Grecs et des Romains. La nation anglaise, la plus illustre des nations germaniques, aime la poésie romantique et chevaleresque, et se glorifie des chefs-d'œuvre qu'elle possède en ce genre. Je n'examinerai point ici lequel de ces deux genres de poésie mérite la préférence: il suffit de montrer que la diversité des goûts, à cet égard, dérive non seulement de causes [286] accidentelles, mais aussi des sources primitives de l'imagination et de la pensée.

Il y a dans les poëmes épiques, et dans les tragédies des anciens, un genre de simplicité qui tient à ce que les hommes étoient identifiés à cette époque avec la nature, et croyoient dépendre du destin comme elle dépend de la nécessité. L'homme, réfléchissant peu, portoit toujours l'action de son ame au dehors; la conscience elle-même étoit figurée par des objets extérieurs, et les flambeaux des Furies secouoient les remords sur la tête des coupables. L'évènement étoit tout dans l'antiquité, le caractère tient plus de place dans les temps modernes; et cette réflexion inquiète, qui nous dévore souvent comme le vautour de Prométhée, n'eût semblé que de la folie au milieu des rapports clairs et prononcés qui existoient dans l'état civil et social des anciens.

On ne faisoit en Grèce, dans le commencement de l'art, que des statues isolées; les groupes ont été composés plus tard. On pourroit dire de même, avec vérité, que dans tous les arts il n'y avoit point de groupes; les objets représentés se succédoient comme dans les bas-reliefs, sans combinaison, <sans> [287] complication d'aucun genre. L'homme personnifioit la nature; des nymphes habitoient les eaux, des hamadryades les forêts: mais la nature à son tour s'emparoit de l'homme, et l'on eût dit qu'il ressembloit au torrent, à la foudre, au volcan, tant il agissoit par une impulsion involontaire, et sans que la réflexion pût en rien altérer les motifs ni les suites de ses actions. Les anciens avoient pour ainsi dire une ame corporelle, dont tous les mouvements étoient forts, directs et conséquents; il n'en est pas de même du cœur humain développé par le christianisme: les modernes ont puisé, dans le repentir chrétien, l'habitude de se replier continuellement sur eux-mêmes.

Mais, pour manifester cette existence toute intérieure, il faut qu'une grande variété dans les faits présente sous toutes les formes les nuances infinies de ce qui se passe dans l'ame. Si de nos jours les beaux-arts étoient astreints à la simplicité des anciens, nous n'atteindrions pas à la force primitive qui les distingue, et nous perdrions les émotions intimes et multipliées dont notre ame est susceptible. La simplicité de l'art, chez les modernes, tourneroit facilement à la [288] froideur et à l'abstraction, tandis que celle des anciens étoit pleine de vie. L'honneur et l'amour, la bravoure et la pitié sont les sentiments qui signalent le christianisme chevaleresque; et ces dispositions de l'ame ne peuvent se faire voir que par les dangers, les exploits, les amours, les malheurs, l'intérêt romantique, enfin, qui varie sans cesse les tableaux. Les sources des effets de l'art sont donc différentes à beaucoup d'égards dans la poésie classique et dans la poésie romantique; dans l'une, c'est le sort qui règne, dans l'autre, c'est la Providence: le sort ne compte pour rien les sentiments des hommes, la Providence ne juge les actions que d'après les sentiments. Comment la poésie ne créeroit-elle pas un monde d'une toute autre nature, quand il faut peindre l'œuvre d'un destin aveugle et sourd, toujours en lutte avec les mortels, ou cet ordre intelligent auquel préside un être suprême, que notre cœur interroge, et qui répond à notre cœur!

La poésie païenne doit être simple et saillante comme les objets extérieurs; la poésie chrétienne a besoin des mille couleurs de l'arc-en-ciel pour ne pas se perdre dans les [289] nuages. La poésie des anciens est plus pure comme art, celle des modernes fait verser plus de larmes: mais la question pour nous n'est pas entre la poésie classique et la poésie romantique, mais entre l'imitation de l'une et l'inspiration de l'autre. La littérature des anciens est chez les modernes une littérature transplantée: la littérature romantique ou chevaleresque est chez nous indigène, et c'est notre religion et nos institutions qui l'ont fait éclore. Les écrivains imitateurs des anciens se sont soumis aux règles du goût le plus sévère; car ne pouvant consulter ni leur propre nature, ni leurs propres souvenirs, il a fallu qu'ils se conformassent aux lois d'après lesquelles les chefs-d'œuvre des anciens peuvent être adaptés à notre goût, bien que toutes les circonstances politiques et religieuses qui ont donné le jour à ces chefs-d'œuvre soient changées. Mais ces poésies d'après l'antique, quelque parfaites qu'elles soient, sont rarement populaires, parcequ'elles ne tiennent, dans le temps actuel, à rien de national.

La poésie française étant la plus classique de toutes les poésies modernes, elle est la seule qui ne soit pas répandue parmi le [290] peuple. Les stances du Tasse sont chantées par les gondoliers de Venise; les Espagnols et les Portugais de toutes les classes savent par cœur les vers de Calderon et de Camoëns. Shakespear est autant admiré par le peuple en Angleterre que par la classe supérieure. Des poëmes de Goethe et de Bürger sont mis en musique, et vous les entendez répéter des bords du Rhin jusqu'à la Baltique. Nos poetes français sont admirés par tout ce qu'il y a d'esprits cultivés chez nous et dans le reste de l'Europe; mais ils sont tout-à-fait inconnus aux gens du peuple et aux bourgeois même des villes, parceque les arts en France ne sont pas, comme ailleurs, natifs du pays même où leurs beautés se développent.

Quelques critiques français ont prétendu que la littérature des peuples germaniques étoit encore dans l'enfance de l'art; cette opinion est tout-à-fait fausse: les hommes les plus instruits dans la connoissance des langues et des ouvrages des anciens n'ignorent certainement pas les inconvénients et les avantages du genre qu'ils adoptent ou de celui qu'ils rejettent; mais leur caractère, leurs habitudes et leurs raisonnements les ont [291] conduits à préférer la littérature fondée sur les souvenirs de la chevalerie, sur le merveilleux du moyen âge, à celle dont la mythologie des Grecs est la base. La littérature romantique est la seule qui soit susceptible encore d'être perfectionnée, parcequ'ayant ses racines dans notre propre sol, elle est la seule qui puisse croître et se vivifier de nouveau; elle exprime notre religion; elle rappelle notre histoire; son origine est ancienne, mais non antique.

La poésie classique doit passer par les souvenirs du paganisme pour arriver jusqu'à nous: la poésie des Germains est l'ère chrétienne des beaux-arts: elle se sert de nos impressions personnelles pour nous émouvoir: le génie qui l'inspire s'adresse immédiatement à notre cœur, et semble évoquer notre vie elle-même comme un fantôme le plus puissant et le plus terrible de tous.

 

 

 

 

Erstdruck und Druckvorlage

DE | L'ALLEMAGNE, | PAR MME LA BARONNE | DE STAËL HOLSTEIN. | TOME PREMIER. | PARIS, | H. NICOLLE, À LA LIBRAIRIE STÉRÉOTYPE, | Rue de Seine, No. 12. 1810. | RÉ-IMPRIMÉ PAR | JOHN MURRAY, ALBEMARLE STREET, LONDRES. | 1813.

Hier: S. 275-291. [PDF]

URL: http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10018149.html
URL: http://catalog.hathitrust.org/Record/001364925

Die Textwiedergabe erfolgt nach dem ersten Druck (Editionsrichtlinien). Vier Druckfehler wurden korrigiert (S. 277, 282, 286).

"De l'Allemagne" wurde bereits 1810 gedruckt, kam aber nicht in den Buchhandel. Auf ausdrücklichen Befehl Napoléons wurde der gesamte Druckvorrat beschlagnahmt und vernichtet (vgl. Balayé 1974). Nur fünf Exemplare haben sich erhalten (verzeichnet in: Lonchamp 1949, Nr. 90).

Die Kapitel X u. XI im Druckfahnen-Exemplar der Pariser Nationalbibliothek: [Bd. 1. 1810], S. 270-286; mit den von Nicolle vorgenommenen Korrekturen, die für die Ausgabe London 1813 übernommen wurden.

Als Erstdruck gilt die Ausgabe London 1813, da der Druck Paris 1810 nicht in den Buchhandel gelangte.

 

 

Kommentierte und kritische Ausgaben

 

Übersetzungen ins Deutsche

 

 

Literatur

Balayé, Simone: Madame de Staël et le gouvernement impérial en 1810, le dossier de la suppression de De l'Allemagne. In: Cahiers staëliens 19 (1974), S. 3-77.

Becker, Katrin: Eine deutsche Betrachtung der Deutschlandbetrachtung. Mme de Staël, Jean Paul und die Darstellbarkeit des Fremden. In: Deutsch-französische Literaturbeziehungen. Stationen und Aspekte dichterischer Nachbarschaft vom Mittelalter bis zur Gegenwart. Hrsg. von Marcel Krings u.a. Würzburg 2007, S. 157-170.

Becq, Annie: Genèse de l'esthétique française moderne. De la Raison classique à l'imagination créatrice, 1680 – 1814. Paris 1994 (= Bibliothèque de "L'Évolution de l'Humanité", 9).

Behler, Ernst: Heinrich Heine und Madame de Staël zum Thema 'De l'Allemagne'. In: Heinrich Heine und die Romantik / Heinrich Heine and Romanticism. Erträge eines Symposiums an der Pennsylvania State University (21.-23. September 1995). Hrsg. von Markus Winkler. Tübingen 1997, S. 116-128.

Bénichou, Paul: Le sacre de l'écrivain 1750 – 1830. Essai sur l'avènement d'un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne. Paris 1996 (= Collection "Bibliothèque des idées").

Bessière, Jean u.a. (Hrsg.): Histoire des poétiques. Paris 1997.

Blaeschke, Axel: "The first female writer of the age": Zur Staël-Rezeption in England. In: Madame de Staël und die Internationalität der europäischen Romantik. Fallstudien zur interkulturellen Vernetzung. Hrsg. von Udo Schöning u.a. Göttingen 2003 (= Göttinger Beiträge zur Nationalität, Internationalität und Intermedialität von Literatur und Film, 2), S. 29-50.

Bosse, Monika: Esquisse de la réception du livre De l'Allmagne, en Allemagne. In: Cahiers staëliens 37 (1985), S. 117-131.

Brix, Michel: Le romantisme français. Esthétique platonicienne et modernité littéraire. Louvain u.a. 1999 (= Collection d'études classiques, 13).

Cahiers staëliens, Nr. 64 (2014): De l'Allemagne (1814-2014). Une mémoire au présent.

Cabanès, Jean-Louis / Larroux, Guy: Critique et théorie littéraires an France (1800 – 2000). Paris 2005.

Charles-Wurtz, Ludmila: Le lyrisme dans la poésie du XIXe siècle. In: Association Guillaume Budé (Hrsg.): Actes du XVe Congrès. La poétique, théorie et pratique. XVe Congrès international et quinquennal de l'Association Guillaume Budé, organisé à la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines d'Orléans-La Source du 25 août au 28 août 2003. Paris 2008, S. 869-887.

Chevrel, Yves u.a. (Hrsg.): Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle, 1815-1914. Lagrasse 2012.

Dieterle, Bernard: Jenseits des Rheins – Germaine de Staël und August Wilhelm Schlegel. In: Die europäische République des lettres in der Zeit der Weimarer Klassik. Hrsg. von Michael Knoche u.a. Göttingen 2007, S. 175-192.

Dubé, Pierre H.: Bibliographie de la critique sur Madame de Stael 1789 – 1994. Genf 1998.

Duméril, Edmond: Le Lied allemand et ses traductions poétiques en France. Genf 1975 (Reprint der Ausgabe Paris 1933).

Engel, Manfred / Lehmann, Jürgen: The Aesthetics of German Idealism and Its Reception in European Romanticism. In: Nonfictional Romantic Prose. Expanding Borders. Hrsg. von Steven P. Sondrup u.a. Amsterdam u.a. 2004 (= A Comparative History of Literatures in European Languages, 18), S. 69-95.   –   S. 84-87: Germaine de Staël's De l'Allemagne and August Wilhelm Schlegel's Vorlesungen über dramatische Kunst und Literatur: The Bibles of European Romanticism.

Engler, Winfried: Die romantische Lyrik. In: Die französische Lyrik. Hrsg. von Dieter Janik. Darmstadt 1987 (= Grundriß der Literaturgeschichte nach Gattungen), S. 342-380.

Engler, Winfried: Die französische Romantik. Tübingen 2003.

Franco, Bernard: Le Despotisme du goût. Débats sur le modèle tragique allemand en France, 1797-1814. Göttingen 2006 (= Münchener Universitäts-Schriften. Münchener komparatistische Studien, 4).

Genand, Stephanie: La critique staëlienne existe-t-elle? In: Cahiers staëliens 63 (2013), S. 127-142.

Gleize, Jean-Marie (Hrsg.): La poésie. Textes critiques XIVe-XXe siècle. Paris 1995 (= Textes essentiels).

Goldzink, Jean: Mme de Staël et les révolutions de l'esprit. Génies nationaux et progrès européen. In: Romantisme et Révolution(s). Les entretiens de la Fondation de Treilles. Hrsg. von Daniel Couty u.a. Paris 2008, S. 197-216.

Goodden, Angelica: Madame de Staël. The Dangerous Exile. Oxford u.a. 2008.

Gramatzki, Susanne: Fremdwahrnehmung und Differenzbewusstsein: De l'Allemagne von Germaine de Staël und die deutschen Gesamtübersetzungen des 19. Jahrhunderts. In: "Das Fremde im Eigensten". Die Funktion von Übersetzungen im Prozess der deutschen Nationenbildung. Hrsg. von Bernd Kortländer u.a. Tübingen 2011 (= Transfer, 21), S. 159-177.

Guitton, Edouard: Madame de Staël et la poésie. In: Cahiers Staëliens 31/32 (1982), S. 5-19.

Henning, Ian Allan: "L'Allemagne" de Madame de Staël et la polémique romantique. Première fortune de l'ouvrage en France et en Allemange (1814 –1830). Genf 1975 (Reprint der Ausgabe Paris 1929).

Hoffmeister, Gerhart: Deutsche und europäische Romantik. 2. Aufl. Stuttgart 1990 (= Sammlung Metzler, 170).

Isbell, John C.: The Birth of European Romanticism. Truth and propaganda in Staël's 'De l'Allemagne', 1810 – 1813. Cambridge 1994 (= Cambridge Studies in French, 49).

Jarrety, Michel (Hrsg.): La poésie française du Moyen Âge au XXe siècle. Paris 2007 (= Collection "Quadrige").

Jarrety, Michel: Poétique et poésie. In: Association Guillaume Budé (Hrsg.): Actes du XVe Congrès. La poétique, théorie et pratique. XVe Congrès international et quinquennal de l'Association Guillaume Budé, organisé à la Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines d'Orléans-La Source du 25 août au 28 août 2003. Paris 2008, S. 141-157.

Kaiser, Gerhard R.: "Durch solche Mittelgläser bricht sich im letzten leicht das Licht zur Nacht." Jean Pauls Rezension zu Mme de Staëls "De l'Allemagne". In: Literaturkritik – Anspruch und Wirklichkeit. DFG-Symposion 1989. Hrsg. von Wilfried Barner. Stuttgart 1990 (= Germanistische Symposien; Berichtsbände, 12), S. 155-174.

Lombez, Christine: La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du XIXe siècle. Réception et interaction poétique. Tübingen 2009 (= Communicatio, 40).

Lonchamp, Frédéric-Charles: L'œuvre imprimé de Madame Germaine de Staël. Description bibliographique raisonnée at annotée de tous les ouvrages publiés par ses soins ou ceux de ses héritiers (1786 – 1821). Genf 1949.

Lotterie, Florence: Madame de Staël. La littérature comme "philosophie sensible". In: Romantisme 124 (2004), S. 19-30.

Martin, Judith E.: Germaine de Staël in Germany. Gender and Literary Authority (1800-1850). Madison, NJ u.a. 2011.

Millet, Claude (Hrsg.): L'Esthétique romantique en France. Une anthologie. Paris 1994 (= Collection "Agora. Les Classiques").

Millet, Claude: Le romantisme. Du bouleversement des lettres dans la France postrévolutionnaire. Paris 2007 (= Références; Littérature, 609).

Moore, Fabienne: Early French Romanticism. In: A Companion to European Romanticism. Hrsg. von Michael Ferber. Malden, MA u.a. 2005, S. 172-191.

Moreau de Bellaing, Louis: L'enthousiasme de Madame de Staël. Paris 2007.

Müller, Olaf: Madame de Staël und Weimar. Europäische Dimensionen einer Begegnung. In: Europa in Weimar – Visionen eines Kontinents. Hrsg. von Hellmut Th. Seemann. Göttingen 2008, S. 279-297.

Nordmann, Jean-Thomas: La critique littéraire française au XIXe siècle (1800 – 1914). Paris 2001 (= Le livre de poche, 567).

Paul, Jean: [Rezension zu] De l'Allemagne par Mme la Baronne de Staël-Holstein: T. I-IV. à Paris, H. Nicole à la librairie Stéreotype, rue de Seine. No. 12. 1810. Réimprimé par John Murray, Albermarle Street, Londres 1813. et par J. E. Hitzig, rue Charlotte No. 32. Berlin 1814. In: Heidelbergische Jahrbücher der Litteratur. Jg. 7, 1814, Heft 8, August: Nr. 46, S. 721-736; Nr. 47, S. 737-752. [PDF]   –   Gezeichnet: Frip.

Penzenstadler, Franz: Romantische Lyrik und klassizistische Tradition. Ode und Elegie in der französischen Romantik. Stuttgart 2000 (= Zeitschrift für französische Sprache und Literatur; Beihefte; N.F., 28).

Polheim, Karl K. (Hrsg.): Der Poesiebegriff der deutschen Romantik. Paderborn 1972 (= UTB, 60/61).

Rauhut, Franz: Die klassizistische und romantische Lyrik der Franzosen im kulturellen Zusammenhang der Epoche 1780 – 1850; mit kommentierter Anthologie. Heidelberg 1977 (= Beiträge zur neueren Literaturgeschichte; N.F., 33).

Rosen, Julia von: Kulturtransfer als Diskurstransformation. Die Kantische Ästhetik in der Interpretation Mme de Staëls. Heidelberg 2004 (= Studia Romanica, 120).

Schöning, Udo: Mme de Staël in der französischen Romantik. In: Germaine de Staël und ihr erstes deutsches Publikum. Literaturpolitik und Kulturtransfer um 1800. Hrsg. von Gerhard R. Kaiser u.a. Heidelberg 2008 (= Ereignis Weimar-Jena, 18), S. 17-44.



Staël Holstein, Madame de: De l'Allemagne.
Tome premier.
Paris: Nicolle; réimprimé par Murray, Londres 1813.
URL: http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10018149.html
URL: http://catalog.hathitrust.org/Record/001364925

Staël Holstein, Madame de: De l'Allemagne.
Tome second.
Paris: Nicolle; réimprimé par Murray, Londres 1813.
URL: http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10018074.html

Staël Holstein, Madame de: De l'Allemagne.
Tome troisième.
Paris: Nicolle; réimprimé par Murray, Londres 1813.
URL: http://reader.digitale-sammlungen.de/resolve/display/bsb10018151.html

Staël Holstein, Madame de: De l'Allemagne.
Seconde édition. Tome premier.
Paris: Nicolle; réimprimé par Murray, Londres 1813.
URL: https://archive.org/details/delallemag01sta

Staël Holstein, Madame de: De l'Allemagne.
Seconde édition. Tome second.
Paris: Nicolle; réimprimé par Murray, Londres 1813.
URL: https://archive.org/details/delallemag02sta

Staël Holstein, Madame de: De l'Allemagne.
Seconde édition. Tome troisième.
Paris: Nicolle; réimprimé par Murray, Londres 1813.
URL: https://archive.org/details/delallemag03sta

Staël, Madame de: De l'Allemagne. Chronologie et introduction par Simone Balayé. 2 Bde. Paris: Garnier-Flammarion 1967.

Staël, Anne Germaine de: Über Deutschland. Vollständige und neu durchgesehene Fassung der deutschen Erstausgabe von 1814 in der Gemeinschaftsübersetzung von Friedrich Buchholz, Samuel Heinrich Catel und Julius Eduard Hitzig. Hrsg. und mit einem Nachwort versehen von Monika Bosse. Frankfurt a.M.: Insel Verlag 1985 (= insel taschenbuch, 623).

Staël, Madame de: Über Deutschland. Nach der Übersetzung von Robert Habs. Hrsg. und eingeleitet von Sigrid Metken. Stuttgart: Reclam 2013 (= Reclams Universal-Bibliothek, 19092).

Staël, Madame de: De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales. Nouvelle édition critique. Établie, présentée et annotée par Axel Blaeschke. Paris: Flammarion 1998.

Staël, Madame de: Écrits sur la littérature. Hrsg. von Éric Bordas. Paris: Librairie générale française 2006 (= Le livre de poche; Classique, 21020).

Staël, Madame de: Oeuvres complètes. Série 1: Oeuvres critiques; tome 2: De la littérature et autres essais littéraires. Hrsg. von Stéphanie Genand. Paris: Champion 2013.

Lonchamp, Frédéric-Charles: L'oeuvre imprimé de Madame Germaine de Staël. Description bibliographique raisonnée at annotée de tous les ouvrages publiés par ses soins ou ceux de ses héritiers, 1786-1821. Genève: Cailler 1949.

Madame de Staël, sagesse et folie. Bibliographie staëlienne (1994-2000). Paris: Champion 2001 (= Cahiers staëliens; 52, 2001).



Strobel, Jochen: "La différence de la nationalité et des penchants". "De l'Allemagne" de Madame de Staël-Holstein et l'image de l'Allemagne dans les cours berlinois d'August Wilhelm Schlegel. In: Cahiers Staëliens 64 (2014), S. 147-163.

Szmurlo, Karyna (Hrsg.): Germaine de Staël. Forging a Politics of Mediation. Oxford 2011.

Tribouillard, Stéphanie: Sainte-Beuve lecteur de Madame de Staël. In: Cahiers staëliens 51 (2000), S. 63-76.

Tribouillard, Stéphanie: Y a t-il une esthétique staëlienne en 1800? In: Romantismes, l'esthétisme en acte. Hrsg. von Jean-Louis Cabanès. Paris 2009 (= Collection "orbis litterarum"), S. 155-170.

Vadé, Yves: L'émergence du sujet lyrique à l'époque romantique. In: Figures du sujet lyrique. Hrsg. von Dominique Rabaté. 2. Aufl. Paris 2001 (= Perspectives littéraires), S. 11-37.

Wehle, Winfried: "De l'Allemagne", un livre sur la France. In: Revue d'histoire littéraire de la France 114 (2014), S. 317-333.

Winterling, Peter: Rückzug aus der Revolution. Eine Untersuchung zum Deutschlandbild und zur Literaturtheorie bei Madame de Staël und Charles de Villers. Rheinfelden 1985 ( Reihe Romanistik, 63).

Wolfzettel, Friedrich: Zur historischen Konstruktion der Romantik um 1830: romantische Manifeste im Vergleich (Frankreich, Spanien, Italien). In: Interkultureller Austausch in der Romania im Zeichen der Romantik. Akten der Sektion 14 des Deutschen Romanistentages 2003 in Kiel. Hrsg. von Michaela Peters u.a. Bonn 2003 (= Abhandlungen zur Sprache und Literatur, 153), S.73-84.

Yuva, Ayse: L' efficace politique des littératures étrangères. G. de Staél et l'Allemagne. In: Cahiers staëliens 62 (2012), S. 151-178.

Zenkine, Serge: L'Expérience du relatif. Le romantisme français et l'idée de culture. Paris 2011.

 

 

Edition
Lyriktheorie » R. Brandmeyer